Situation difficile des migrants maliens : Les députés s’insurgent contre l’immobilisme du gouvernement

56
A NE PAS MANQUER: Concours direct de recrutement de 750 élèves Sous-officiers au titre de l’année 2017: Le point de la situation URGENT: Mali : trois Casques bleus tués dans le nord du pays Accueil | A la Une | Situation difficile des migrants maliens : Les députés s’insurgent contre l’immobilisme du gouvernement Situation difficile des migrants maliens : Les députés s’insurgent contre l’immobilisme du gouvernement Par Lerepublicainmali - Date: il ya 3 minutes Taille de la police: Decrease font Enlarge font Situation difficile des migrants maliens : Les députés s’insurgent contre l’immobilisme du gouvernement Hier, jeudi 26 octobre 2017, le gouvernement était interpellé par les honorables députés à l’Assemblée nationale du Mali pour qu’il s’explique non seulement sur la situation des migrants maliens en Algérie, en Libye en Arabie Saoudite mais aussi sur le retard pris dans l’opérationnalisation des 11 régions créent par la loi de 2012. Selon les députés, les maliens vivent dans des conditions déplorables, inhumaines et dégradantes et le gouvernement traine, selon certains, à les rapatrier. S’agissant du retard pris dans l’opérationnalisation des nouvelles régions créent, les députés dénoncent l’immobilisme du gouvernement et l’invite à accélérer le processus. « Les aéronefs acquis pourront servir à rapatrier les maliens de l’extérieur. Les 70 milliards de FCFA de manque à gagner décelés par le vérificateur général serviront à opérationnaliser les nouvelles régions crées », indique le député Mamadou Alpha Diallo. Les membres du gouvernement ont rassuré que des dispositions sont prises pour non seulement protéger les migrants maliens mais aussi opérationnaliser les régions crées par la loi de 2012. Une séance de question d’actualités a eu lieu hier matin à l’hémicycle et portait sur la situation des migrants maliens en Algérie, en Libye en Arabie Saoudite et sur le retard pris dans l’opérationnalisation des 11 régions créent par la loi de 2012. Au total, trois membres du gouvernement défilaient à la « barre » devant les honorables députés. Il s’agissait des ministres des maliens de l’extérieur, Abdrahamane Sylla, celui des affaires étrangères, Abdoulaye Diop, et le ministre de l’administration territoriale, Tiéman Hubert Coulibaly. Ladite séance de question d’actualités était présidée par le président de l’Assemblée nationale, l’honorable Issaka Sidibé. Actualité oblige, les Maliens vivants à l’extérieur sont dans des conditions extrêmement difficiles. La présidente de la commission des affaires étrangères de l’Assemblée nationale, Mme Diallo Aïssata Touré de la majorité a saisi l’occasion pour attirer l’attention des membres du gouvernement sur le fléau. « La migration est un fléau, un océan de désespoir, une plaie béante en Afrique et suintante et malodorante dans les zones d'accueil. La quête du mieux-être devient le cauchemar de la vie lorsque le migrant, jeune et plein d'illusions, est trimballé entre passeurs, intermédiaires et conditions insoutenables de vie où la dignité et l'humanisme sont inconnus ». Avant d’ajouter que l’Etat a un devoir de protection, d'assistance vis à vis de tous les citoyens donc des migrants réguliers ou même irréguliers. « Nous voulons comprendre pourquoi une telle lenteur dans le processus de rapatriement des maliens en situation irrégulière surtout si l’on se réfère aux informations sur la détresse de ces jeunes gens », s’est-elle interrogé. Elle sera suivie de l’honorable Belco Bah qui a déploré des actes inhumains et dégradants commis par les pays dit amis du Mali sans une condamnation des autorités maliennes. Selon lui, des pratiques racistes et xénophobes continuent de plus belle à être infligées aux Maliens. A l’en croire, les peaux noires sont expulsées de l’Algérie. « Depuis quelques semaines des milliers de migrants Maliens sont expulsés du territoire algérien par les autorités de ce pays, dans des conditions inhumaines, tels des bêtes auxquelles on donnerait à boire et à manger. Face à cette situation dramatique, votre gouvernement est resté inerte, gardant un silence de cimetière. Qu'avez vous fait pour ces Maliens dans la détresse, abandonnés à une mort certaine dans le désert ? », a déclaré l’honorable Adama Kané de l’opposition. Pour lui, le gouvernement n'a même pas osé demander publiquement des explications à l'ambassadeur d'Algérie en poste à Bamako, encore moins rappeler publiquement l’ambassadeur du Mali en poste dans ce pays. En outre, il a dénoncé la mauvaise gouvernance, l’incapacité du gouvernement à faire respecter le Mali. L’honorable Nanko Amadou Mariko de l’opposition enfonce le clou. Pour lui, la question des maliens de l’extérieur n’est pas une priorité pour le gouvernement. « Je me demande si c’est nécessaire de créer un département pour les maliens de l’extérieur. Les Maliens sont expulsés de manière déplorable et inhumaine. Pourquoi l’Etat ne porte pas plainte contre ces Etats pour violation des droits humains », affirme-t-il. L’honorable Ahamada Soukouna a voulu savoir ce que le gouvernement est entrain de faire pour soulager la souffrance des maliens de l’extérieur vivant en situation difficile. Répondant aux préoccupations des députés, le Ministre des maliens de l’extérieur, Abdrahamane Sylla a précisé que le document de politique nationale de migration adopté en 2014 qui prend en compte 8 axes stratégiques afin de préserver la dignité des Maliens vivants à l’extérieur. Le ministre reconnait qu’il y a des problèmes liés à la migration surtout irrégulière. « Nous avons des difficultés à cerner les départs. En Algérie, il n’y a pas de visa mais au delà de 90 jours, vous êtes obligés de vous signaler pour pouvoir travailler. S’agissant de la situation en Lybie, il y a une guerre et il n’y a pas de gouvernement légal », a déclaré le ministre. A ses dires, seule l’Ambassade du Mali travaille actuellement en Libye sinon les autres ont plié bagages. « N’instrumentalisons pas la détresse des maliens de l’extérieur. 212 maliens ont pu être libérés de prison avec le concours de l’OIM (organisation internationale de migration). Nous avons fait rentrer 1200 maliens en Lybie », a martelé le ministre. Il a été appuyé par son homologue des affaires étrangères, Abdoulaye Diop qui a fait savoir que personne ne souhaite la détresse des Maliens de l’extérieur. A ses dires, le durcissement des mesures des pays d’accueils sont d’ordres sécuritaires. Pour lui, le gouvernement fait des efforts pour protéger les Maliens vivants à l’extérieur. Le collectif pour l’opérationnalisation des régions crées menace de boycotter les futures élections S’agissant de l’opérationnalisation des régions crées par la loi de 2012, l’honorable, Zoumana N’Tji Doumbia de la majorité a fait savoir qu’un collectif des régions non opérationnelles est crée et entend boycotter les futures élections. Il est impérieux, dit-il, que le gouvernement et le collectif s’asseyent autour de la table pour trouver un terrain d’entente. Idem pour l’honorable, Bakary Woyo Doumbia de l’opposition qui a décrié « l’immobilisme » de l’Etat face à l’opérationnalisation des régions. Selon lui, parmi les 11 régions crées, il y 9 régions qui restent non opérationnelle dont Bougouni, Koutiala, Nara, Bandiagara, Douentza, Nioro, San. « Les aéronefs acquis pourront servir à rapatrier les maliens de l’extérieur. Les 70 milliards de FCFA de manque à gagner décelés par le vérificateur général serviront à opérationnaliser les nouvelles régions crées », indique le député Mamadou Alpha Diallo du groupe Adp-Maliba/ Sadi. Dans ses éléments de réponse, le ministre de l’administration territoriale, Tieman Hubert Coulibaly a souligné que la loi a été faite dans un contexte précis où il fallait répondre les aspirations des uns et des autres. « Les régions de Taoudénit et Ménaka sont opérationnelles. Le gouvernement n’a aucune intention de se dérober à la mise en œuvre de cette loi promulguée le 2 mars 2012. Le ministère de l’administration a travaillé durant toute l’année 2016 pour faire en sorte que les 9 régions restantes puissent être opérationnelles. Il y a des défis et des critères. Le budget d’opérationnaliser d’une région est de 5 à 6 milliards de FCFA », a martelé le ministre. A l’en croire, il y aura la création de trois régions par an pour que le travail qui sera fait soit crédible. « Nous avons parlé avec le collectif, les discussions vont continuer…C’est un retard inévitable eu égard du contexte de sortie de crise » a expliqué le gouvernement. Aguibou Sogodogo Source : aBamako aBamako

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here