La stratégie américaine au Sahel est-elle en train de transformer le Mali et le Niger en nouveaux Afghanistan ?

Quatre soldats des forces spéciales américaines sont mort au Niger en octobre. Son implantation dans la région a été remise en cause par un article du Washington Post. Atlantico : Suite au décès de 4 soldats des forces spéciales américaines au Niger, au début de ce mois d'octobre, le Washington Post indique que la stratégie poursuivie par les Etats Unis, sur place, pourrait conduire à empirer la situation sur place. Cette mise en garde est elle justifiée ? Emmanuel Dupuy : Il n’y a pas eu besoin de l’attaque visant les 12 membres des forces spéciales américaines et les 30 membres des Forces de défense et de sécurité (FDS) nigériens, le 4 octobre dernier, à Tongo Tongo, pour prendre conscience de l’évolution dramatique de la situation sécuritaire à la frontière entre le Mali et le Niger. Il n’aura ainsi pas fallu attendre deux semaines pour ce qui semble vraisemblablement être le même groupe terroriste n'attaque la gendarmerie de Ayorou, tuant 13 gendarmes et emportant plusieurs véhicules. Depuis, les actions conjointes des militaires français engagés depuis aoûut 2014 dans l’opération Barkhane et leurs homologues des FDS auront permis d'intercepter le commando à Inates, à la frontière malienne, témoignant du caractère transfrontalier et particulièrement évolutif de la menace. L’article de Max Bearak que vous évoquez, mentionnait surtout que la présence américaine au Niger était solidement ancrée dans le pays depuis l'installation des Américains, dès 2013, dans leur cinq bases dont la base de drones d'Agadez et celle sur l’aéroport de Niamey. En dévoilant la présence de 800 soldats américains - la plupart issus des forces spéciales - Washington est ainsi obligée d'en justifier l’usage, la légitimité et l’efficacité. Il en est également résulté le début d’un débat à Washington quant à la modification des règles d’engagement sur le terrain. A l’aune des zones (...) lire la suite sur Atlantico Source : aBamako aBamako

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here