Gestion de fonds publics alloués au questeur de l’AN : Le fond du problème !

Au Mali les mauvaises habitudes ont de beaux jours devant elles. Quand la deuxième instituions de la république, en l’occurrence l’Assemblée nationale, ne justifie pas l’argent alloué par an par le trésor public, cela pose d’énormes problèmes aux finances du pays et de surcroît devant les partenaires techniques et financiers qui exigent une gestion transparente des fonds qu’ils allouent à l’Etat comme appui budgétaire. Lorsqu’on n’arrive pas à justifier les montants alloués, cela devient un problème et il faut que le gouvernement trouve une solution rapidement avant que les partenaires l’exigent et que les lois soient changées. Cette gestion des fonds alloués à l’Assemblée Nationale du Mali est confiée à un élu, c’est-à-dire à l’honorable Mahamadou Diarrassouba le questeur. Ni sa formation académique (enseignant de premier cycle et de second cycle par ancienneté NDRL) et encore moins son parcours professionnel ne le permettent d’être à ce poste. Cette mandature à l’Assemblée Nationale du Mali est entachée de beaucoup d’irrégularités à telle enseigne que même certains de ses camarades élus l’ont mis sur la liste des personnes qui doivent déclarer leurs biens dans la nouvelle loi contre l’enrichissement illicite. Comment un fonds public alloué à une institution de la république du Mali ne peut faire l’objet d’aucun contrôle pour savoir où va l’argent du contribuable malien et surtout quand cette manne financière est si importante voire trop élevée ? Dans l’année, l’Etat malien alloue 15 milliards de FCFA pour le fonctionnement et l’entretien de l’Assemblée Nationale. Cette somme est gérée comme bon lui semble par le questeur et ce dernier n’a aucun compte à rendre à qui que ce soit alors qu’au sein de l’institution, il y a la division financière et administrative. On a l’impression que cette DAF n’est qu’administrative alors qu’elle devrait gérer ces fonds sous la supervision du secrétaire général de l’Assemblée Nationale et que les structures de contrôle aient un regard sur l’argent alloué comme ça se passe dans les autres institutions de la république. Qu’en pensent les bailleurs de fonds surtout au moment où on parle de l’uniformisation du mode de payement dans l’espace UEMOA ? Au Mali, c’est un élu qui gère l’argent public et cela sans aucun contrôle, ne rend compte à personne et ne se soucie guère d’aucun moyen de justification. Ce mode de gestion peut être source de corruption. Or, on doit éviter ces genres de situation qui aboutissent à créer un manque à gagner considérable au niveau du budget de l’Etat malien. Les partenaires techniques et financiers peuvent suspendre leur appui budgétaire ; ce qui serait un coup dur porté à l’économie nationale. Aujourd’hui, le Mali se doit d’être conforme aux normes internationales de gestion des deniers publiques quand il s’agit de la gestion des fonds alloués aux institutions de l’Etat, alors que cette gestion est source de polémique du fait que c’est un élu qui gère une manne financière qui n’est pas des moindres. Diakaridia CAMARA, nous y reviendrons ! Source : aBamako aBamako

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here