Mairie de la commune VI : Le Maire Alou Coulibaly dans les collimateurs de la justice

58
Le Maire Alou Coulibaly qui n’a de cesse de gratifier le public malien de ses feuilletons inédits allant des supercheries montées de toutes pièces à ses velléités hégémoniques, se retrouve une fois encore au devant de la scène. Les dernières informations le concernant font état d’une plainte déposée contre lui à la justice par un groupe de 3 cabinets d’Avocats. Ces Avocats s’en prennent à lui parce qu’il aurait unilatéralement résilié le contrat qui liait leur cabinet à la Mairie de la Commune VI. Alou Coulibaly a beau faire profil bas à la suite des derniers épisodes de sa saga entamée depuis son élection au poste du Maire de la Commune VI du District de Bamako ; mais il vient d’être rattrapé par l’Histoire. En effet, cet élu de l’URD qui venait à peine de pointer le nez au bout du tunnel de trafic de visa dans lequel il s’était engagé par sa tentative de faire voyager en France une de ses petites amies en lieu et place d’un Conseiller municipal fait aujourd’hui l’objet d’une nouvelle plainte. A la baguette de cette plainte, trois cabinets d’Avocats dont nous préférons taire les noms. Ceux-ci se sont sentis lésés par le fond et la forme de l’acte de résiliation de leur contrat, posé par le nouveau Maire. Pour ce qui lui est reproché pour le fond de son agissement, il s’agit d’un contrat qui a pris effet à une période où Alou Coulibaly n’était pas encore hissé aux commandes de la Mairie avec laquelle les Avocats sont liés pour défense d’intérêts. Le Maire aux multiples frasques s’est appuyé, à raison d’ailleurs, sur le principe de la continuité de l’Administration pour administrer sa claque aux plaignants d’alors. Au sujet de la forme, ceux qu’on peut appeler par des ex-Avocats de la Mairie de la Commune VI du District de Bamako, s’insurgent contre le caractère unilatéral de la décision du Maire Alou Coulibaly. Selon nos informations, toute résiliation de ce contrat devrait résulter de la concertation des deux parties signataires. Toute clause à laquelle le Maire a enfreint en se passant qui plus est de l’acquittement des émoluments des Avocats pour le compte de l’année 2016. Autre vice de forme, celui peut-être ayant fait le plus mal aux victimes de la résiliation, le Maire Alou Coulibaly a confié leurs ex-responsabilités au Cabinet de Me Demba Traoré qui n’est autre que l’actuel Secrétaire Général de l’URD, la famille politique du Maire Coulibaly. C’est dire qu’il se dégage aussi de cette plainte une odeur de politique ; toute chose qui ne surprend guère surtout chez les jeunes de l’AJDF (Association des Jeunes pour le Développement de Faladiè) qui ne cessent de décrier la coloration politique dont le Maire Alou Coulibaly fait souvent preuve dans La gestion des affaires courantes ou de certains dossiers sensibles de la Mairie dont le recrutement du personnel. Là, le critère d’admission n’est pas forcément la compétence mais l’appartenance au parti URD est une onction de gage. Ainsi sont les réalités de la Mairie de la Commune VI version feu follet Alou Coulibaly qui ne cesse de défrayer la chronique. Katito WADADA : LE COMBAT Source : aBamako aBamako

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here