Interdiction de circulation de véhicules CH, de véhicules aux vitres teintées et l’utilisation de véhicules de l’Etat (fond bleu) : Les policiers, militaires, douaniers, hauts cadres sont les torpilleurs

Des décisions ont été prises par les plus hautes autorités du pays contre la  circulation avec les véhicules aux vitres teintées, avec les véhicules immatriculés CH et contre l’utilisation de véhicules de l’Etat (fond bleu) au-delà des horaires de travail et pendant les week-ends ainsi que les jours fériés. Mais ces décisions sont foulées aux pieds. L’anarchie quand tu nous tiens ! Où en sommes-nous avec le respect de ces décisions. C’est facile de casser des kiosques et hangars du commerce informel. C’est facile de coincer des véhicules de civils par un simple manquement (expiration de vignette, de visite technique ou d’assurance) mais c’est difficile de se mettre soit même en règle. Les policiers, militaires, douaniers, garde nationale et certains cadres huppés ainsi que leurs protégés sont les principaux torpilleurs de ces décisions prises par les plus hautes autorités.

Les principaux torpilleurs de ces différentes décisions ce sont les porteurs d’uniformes qui se croient tout permis dans ce pays. Alors qu’ils sont attendus de pieds fermes au Nord et au Centre du Mali, des zones délaissées et complétement déconnectées du reste du pays à cause de l’absence de l’Etat et des forces de défense et de sécurité. On se demande où va réellement le Mali avec ces conneries. Etre un corps habillé n’est pas la fin du monde. Il faut que les maliens amènent ces porteurs d’uniformes à comprendre que la tenue est un outil de travail et qu’elle ressemble à celle portée par le boucher ou le menuisier du coin de la rue. A Bamako cela n’est caché à personne des véhicules appartenant à des porteurs d’uniformes en général circulent sans être dédouanés avec des numéros de châssis. Où va alors le Mali quand les personnes en charge de l’application des textes sont les premiers à ne pas les respecter. Trop c’est Trop. On doit systématiquement arrêter et enlever de la circulation ces types véhicules. On ne peut pas marcher sur les lois du pays sans être inquiéter. Combien de policiers, militaires, douaniers ont des véhicules avec vitres teintées. Ou bien ils ne sont pas concernés par les différentes mesures ? On doit arrêter le désordre et mettre les citoyens sur le même pied d’égalité en tout cas du point de vue de l’application des textes. C’est cela le rôle régalien de l’Etat et des autorités. Si telle n’est pas le cas, il y a alors un déficit de gouvernance qu’il faille vite corriger. Au Mali il suffit d’être affilié au parti au pouvoir ou avoir un espace de pouvoir pour se permettre tout. Où est alors l’Etat de droit tant clamé. Souvent on se pose réellement la question sur les leçons apprises des 57 ans d’indépendance et de pratiques administratives. On dirait qu’on recule d’année en année. La loi doit être respectée et par tout le monde sans exception sans commune mesure. Si ceux qui doivent faire respecter les décisions nationales, les violent, alors bonjour les dégâts. Au Mali, on a l’impression que les lois sont faites pour des civils pas les porteurs d’uniformes car lorsqu’on parle de douaner les voitures il s’agit des civils, de prendre les vignettes, de ne pas teinter les vitres de son véhicule, il s’agit encore des civils. Si ce n’est pas le Mali, cette anarchie est rare sous d’autres cieux. La quasi-totalité des véhicules non dédouanés appartiennent aux porteurs d’uniformes, à leurs femmes ou leurs rejetons. Pays de désordre, respectez les lois sinon le retour de l’ascenseur risque d’être terrible ! Le problème malien doit se régler au niveau supérieur, même au niveau de la circulation les agents de sécurité ne respectent pas le code de la route, en cas de problème ils sont souvent protéger par leurs collègues. Dommage! C’est l’injustice qui va faire imploser ce pays. Certains citoyens sont au-dessus de la loi. Ils roulent sans immatriculation, avec vitre tintée, sans papier en règle parce qu’ils sont de tel ou tel corps, ils se le permettent. Toi, pauvre civil, même un défaut de clignotants peut te bloquer auprès des policiers durant des heures, sauf si tu glisses 1000 FCFA. Bienvenu au pays de l’injustice et la corruption. Changer ou périr! M.M.B

Commentaires via Facebook :

Source : Maliweb Maliweb

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here