8e Conférence nationale de l’URD : C’est le 18 novembre 2018 au Palais de la Culture

Après avoir raflé des mécontents du régime en place, le principal parti de l’opposition, de l’Honorable Soumaïla Cissé, projette une conférence nationale, le week-end prochain. Cette édition se doit de taille, avec les nouvelles adhésions fulgurantes que le parti connait en ces moments. Il s’agit de la fusion du cap de Racine Thiam à l’URD ; de l'adhésion de toute la sous section RPM de Badalabougou dans le parti, avec en sa tête Malamine Seydou Thiam. Il s’agit aussi de l’adhésion de 26 sous sections RPM de Kita dans le parti et le retour des leaders dans leur famille politique de départ. L’une des raisons est également l'adhésion de l’ancien Ministre N’Diaye BAH au Bureau Politique National. Et l'adhésion de la section MPR de la Commune V à section URD de cette commune. Par ailleurs, le samedi 11 novembre 2017, une forte délégation du BPN, du Bureau National du Mouvement des Jeunes de l'URD, était en Commune III du District de Bamako. Cette visite s'inscrit dans le cadre de la tournée du BNMJ auprès des sections des jeunes de l'URD. La rencontre a porté sur la vie du parti, la gouvernance du pays, le rôle des jeunes, les élections et les attentes des jeunes. « Pour diriger un Peuple, il faut le connaître, et, pour le connaître, il faut l'approcher et il faut être avec lui », indique le Président des jeunes. «C'est pourquoi, à l'URD, nous sommes tout le temps en mouvement, tout le temps avec les populations», ajouta-t-il. Le dimanche 12 novembre 2017, le Président du Bureau du BNMJ a eu à conduire aussi une forte Délégation du BNMJ en Commune VI du District de Bamako, une commune dans laquelle l'URD est incontestablement la première force politique et où les camarades jeunes de par leur engagement et leur mobilisation ont rassuré de leur ferme volonté de gagner à l’issue des prochaines présidentielles de 2018. «Je n'ai pas l'intention de me comporter en donneur de leçons, mais je voudrais rappeler à l’ordre à ceux qui s'autoproclament Experts en politique sur internet », précise Diarra. Et d’ajouter que le Chef de file l'opposition politique n'est pas égal au Président de la République ; car, ils n'ont pas les mêmes charges encore moins les mêmes marges de manœuvre ou les mêmes moyens en tout genre. «Le Chef de file de l'opposition politique au Mali existe ; car, il est d'un parti politique qui a démontré à bien d'égards qu'il vient deuxième position après le Président de la République. Et un parti politique est un regroupement d'hommes, de femmes et de jeunes ayant une vision convergente sur la gestion du pays, qui décident et acceptent de se mettre ensemble pour proposer à leurs compatriotes des solutions à leurs problèmes, des voies d'amélioration de leurs quotidiens. Tout ça afin que les populations puissent leur accorder leur confiance pour conquérir le pouvoir d'Etat et l'exercer pour le vrai bonheur du Peuple. Cependant, pour ce faire, un parti politique, quel qu’il soit, doit au quotidien: contribuer à éduquer; à informer ; à sensibiliser ; à soutenir ; à défendre le Peuple afin de le séduire et le convaincre de la nécessité de lui donner l'opportunité de le diriger pour un mieux être de chacune et de chacun. Soumaïla Cissé est une chance pour le Mali, sachons la saisir », a conclu le Président des jeunes. N’Golo Coulibaly Source : aBamako aBamako

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here