Opération «Hawbi» : La première sortie de la Force conjointe du G5 Sahel heurtée aux manigances de la CMA

Le mardi 7 novembre dernier, marque le démarrage sur le terrain des actions de la mission de la Force conjointe du G5 Sahel. Une mission qui a pour but de lutter contre les groupes terroristes et les bandits armés sévissant tout le long des frontières du Mali avec la Mauritanie, le Burkina Faso et le Niger notamment. Au cours de cette opération, il y a eu des arrestations dans la localité de Tessit où huit personnes suspectes ont neutralisés. Ce que n’a pas cautionné la CMA, toujours disposant des arguments pour tenter de faire obstacle au processus de paix et de réconciliation national envisagé dans le cadre de l’accord d’Alger II. Au cours de la première opération du G5 Sahel baptisée «Hawbi», effectuée, pour un départ, le long de la frontière du Mali avec le Niger, par la force conjointe du G5 Sahel, appuyée par la force française Barkhane, il y a eu une dizaine de personnes armées arrêtée. C’est dans la commune rurale de Tessit. Mais ces individus, au nombre de 8, ont tous été libérés depuis le lundi dernier, sous pression de la CMA qui n’a jamais mené un franc jeu dans la mise ne œuvre de l’accord de paix. Comme d’habitude, la CMA a manipulé à ses fin les populations locales de Tessit. La CMA, hostile au fait que les forces multinationales du G5 et la force française Barkhane intervient sur le terrain, accuse celles-ci d’avoir arrêté, le mardi dernier, huit de ses Hommes et des innocents villageois , dans la commune rurale de Tessit, située dans la zone de Gourma, cercle d’Ansongo. Son porte-parole, Iliad Ag Mohamed s’est exprimé en ces termes: «Nous regrettons qu’il n’y ait eu aucune concertation sur cette opération, alors que nous sommes un des principaux acteurs de la zone». Et il précise que leur Officier et ses éléments ont été enlevés à leur base, située à une quinzaine de kilomètres de Tessit, une base connue de Barkhane. Leur véhicule était, selon lui, estampillé avec le sigle de la CMA. «Alors, pourquoi cette arrestation? Pour pouvoir montrer que l’opération a donné quelque chose ? »,a-t-il déclaré sur fond des menaces à peine voilées à l’adresse des autorités maliennes réduites en maillon faible en face de la coordination des mouvements de l’Azawad qui a incité les populations civiles de Tessit à manifester pour réclamer leur libération des personnes arrêtées avec des armes. Cependant, pour commandement du G5 Sahel, ces Hommes étaient dans la zone de l’opération, lourdement armés et n’avaient ni ordre de mission, ni documents d’identification. Avec cette présence d’individus armés et non identifiés dans la zone et la complexité des profils, il fallait les arrêter pour effectuer, ensuite, des vérifications sur leurs identités et les motifs de leur présence dans cette zone. Mais, avec la pression de la Coordination des mouvements de l’Azawad (CMA) sur Bamako et avec la complicité implicite de la communauté internationale, les suspects arrêtés avec des armes ont été libérés hier lundi 12 novembre dernier, à Gao où ils avaient été transférés pour le besoin des enquêtes. Donc, objectivement , comment la force du G5 Sahel pourra alors accomplir sa mission ? L’avenir nous répondra assurément. Maïmouna Diallo Source : aBamako aBamako

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here