Pour changer la mentalité des jeunes maliens : La CJDM porté sur les fonts baptismaux

52
Depuis l'année 2012, le Mali a connu une crise sans précédent qui a infecté les fondements même de l'État. Toutes les couches ont été victimes notamment la jeunesse. Le redressement de notre pays demande des efforts à fournir par tous. Face à cela, certains jeunes de Bamako se sont donné les mains pour créer une association dénommée la Convergence des jeunes pour le développement Mali (CJDM). Suite à une assemblée générale les membres de la Convergence des jeunes pour le développement Mali (CJDM) ont jeté leur dévolu sur le jeune dynamique, talentueux et visionnaire, Moha Bila Maïga pour être le porte-étendard de leur association. Pour honorer la confiance qui lui a été décernée et atteindre les objectifs de son mandat, le président s'est doté d'un bureau de 24 membres dont 10 femmes et 14 hommes. Pour l'éclairage, le président Maïga nous a dit que la mise en place de ce bureau est le résultat d’une élection crédible et transparente avec les participations de plusieurs jeunes de Bamako de toutes les rives. C'est pour cette raison qu’il a remercié l’ensemble des membres de son bureau et les encourage aussi pour les projets à venir qui s'avèrent énormes. «Aujourd’hui, il nous manque la volonté et la détermination, c’est dans cette logique que nous avions l’idée de créer cette association pour rassembler les jeunes et faire face aux défis du développement de notre pays», a-t-il révélé. A ses dires, face aux problèmes que notre pays a connus les jeunes doivent jouer un rôle important pour son développement. Pour ce faire, il a mis l'accent sur le changement de mentalité des jeunes. En outre, selon le président Moha Bila Maïga, la CJDM a comme objectif d'assurer la formation des animateurs et animatrices d'alphabétisation ; appuyer les initiatives locales de développement ; favoriser la diversification des revenus de la population (horticulture, maraîchage, embouche, petit commerce, artisanat) ; favoriser la gestion rationnelle de la production agricole et de l'environnement ; assurer la gestion et le maintien du potentiel productif de l'environnement ; promouvoir la santé villageoise (nutrition, santé primaire, planning familial, santé de la reproduction, lutte contre les IST et le VIH/ SIDA) ; appuyer les collectivités locales décentralisées dans la gestion de leur environnement (eau potable, assainissement, gestion des ressources naturelles, agriculture) ; promouvoir la femme en milieu rural, urbain et périurbain ; sensibiliser la jeunesse sur les facteurs de délinquance juvénile comme la toxicomanie, le tabagisme, l'alcoolisme, l'homosexualité, les maladies sexuellement transmissible et enfin sensibiliser les jeunes à propos des dangers de certains excitants notamment la drogue, le tabac, l'alcool. Seydou Karamoko KONE Source : aBamako aBamako

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here