Régionales 2017 de Bamako : Les grands partis fourbent leurs armes

57
Les porte-étendards des grands partis politiques engagés dans la course pour la conquête de la mairie centrale de Bamako ont été désignés. Il s’agit d’Adama Sangaré pour l’ADEMA ; de Moussa Mara pour le parti Yéléma ; d’Issa Guindo pour RPM, Me Demba Traoré pour l’URD ; d’Alhouseni Maïga pour les FARES. En fait, ce sont eux les candidats pressentis favoris dans la dure bataille qui s’annonce très serrée autour de l’Hôtel de la ville de Bamako. C’est connu, les Régionales sont prévues pour le 17 décembre 2017. RAM Africa New York Pour le premier tour, chaque formation politique compte sur ses valeurs intrinsèques. Ainsi, l’ADEMA, confiante de ses assises surtout dans la commune III et la popularité de son candidat, Adama Sangaré, n’ira plus en alliance avec le RPM qui, en tant que parti au pouvoir, mise sur ses propres forces. C’est le même cas pour l’URD, les FARES et le parti YELEMA. Le parti Yelema comme d’habitude tentera seul ses chances. Donc, sans alliance avec aucun autre grand parti de la majorité ou de l’opposition. Au niveau des États majors des partis politiques, toutes les dispositions qui s’imposent ont été prises. D’où le choix et la présentation des candidats respectifs afin de mériter le fauteuil de la Mairie centrale de Bamako. En revanche, pour ce qui est de l’élection des Conseillers de cercles, il est à signaler qu’il y a plein de candidatures d’amabilité et de ‘‘m’as-tu vu’’ à bien de niveau. Mais, encore comme à l’accoutumée, elles seront emportées comme un fétu de paille. En revenant aux Régionales du district de Bamako, force est d’admettre que les candidats qui se disputeront réellement le fauteuil sont presque tous des grosses pointures, des cadres et leaders bien connus sur la scène politique nationale de notre pays. Il s’agit notamment du Maire sortant, Adama Sangaré qui est à la tête de la liste de l’ADEMA; du leader du parti Yelèma, Moussa Mara, ancien Maire de la Commune IV du district de Bamako, ex Ministre et ancien Premier Ministre; du célèbre Avocat Me Demba Traoré, ex Député à l’Assemblée Nationale et ancien Ministre qui est le porte-fanion du parti URD et alliés; de l’ancien Maire de la Commune IV, Issa Guindo, pour défendre bec et ongles les couleurs du RPM au pouvoir et alliés ; et, en fin, Alhouseini Maïga, le porte flambeau des FARES de l’ancien Premier Ministre Modibo Sidibé de l’ancien Premier Ministre. En effet, Adama Sangaré qui n’était pas candidat à sa propre succession, a été mandaté par son parti à la suite de nombreuses et persistantes réclamations des militants de la Commune III. Cela, de sa longue expérience à la tête de la mairie du district de Bamako. Selon bon nombre d’observateurs des réalités sociopolitiques de la ville de Bamako, il part favori sur les autres concurrents. Ses largesses, sa disponibilité au service des citoyens de la Commune III, ses rapports humains et sa connaissance des du terrain et des engrenages lui serviront d’atouts majeurs qui, s’ils sont bien mis à profit par son Directoire de campagnes, pourront lui rendre indéboulonnable à la tête de l’Hôtel de la ville de Bamako. Toutefois, n’oublions pas qu’au cours de ces dernières années, Adama Sangaré a scandaleusement eu maille à partir avec la justice dans le domaine de la gestion du foncier. Ce qui lui a valu de goûter la prison. Mais qu’à cela ne tienne puisque tout porte à croire que sa popularité et ses rapports humains restent intacts auprès des électeurs. Même si ses adversaires s’appellent Issa Guindo du parti au pouvoir, Moussa Mara (l’enfant chouchou de la Commune IV) et Me Demba Traoré de la puissante URD de la Commune VI. Quant à l’ex Maire de la Commune IV, ancien Ministre de la ville et ancien Premier Ministre, Moussa Mara aussi ne manque pas d’atouts. Surtout, la Commune IV est majoritairement acquise à sa cause pour les résultats enregistrés lors de son passage à la tête de la mairie de cette commune. Un bilan qui lui a valu un tremplin pour accéder au gouvernement d’IBK. Il est l’un des candidats qui a eu le reflexe de ménager sa monture depuis fort longtemps pour la mairie centrale de Bamako. Moussa Mara, cela n’est qu’un secret de polichinelle, bénéficie d’une forte sympathie au près des différents sectes religieux de Bamako dont les leaders l’apprécient unanimement. Bref, la Commune IV c’est son chasse gardé. Et IBK et son parti l’ont toujours su à l’issue des élections législatives et communales passées. C’est lui qui a délogé par les urnes son adversaire, Issa Guindo, à la Mairie de la Commune IV. A la fois technocrates, animal politique et surcroit fils d’un Politicien, Moussa Mara n’est pas un candidat facile à battre. Un autre atout non des moindres pour lui est que Moussa Mara a la particularité d’être joignable, facile à contacter et est disponible pour Bamakois. Il est très disponible pour les jeunes, les femmes, les Religieux et les associations. Ce qui dénote que cela peut bien être payant. Cependant, ce qui est inquiétant pour lui demeure son passage à la primature et sa mission forcée à Kidal en mai 2014. Une mission tristement célèbre et qui risque de salir son casier judiciaire et porter des préjudices sur sa carrière politique. Issa Guindo est le candidat du Rassemblement Pour le Mali (RPM) au pouvoir. Un appui de taille pour la conquête de la Mairie centrale de Bamako. Car, on le sait, depuis son arrivée au pouvoir, le RPM ne lésine pas sur les moyens politiques, financières et juridiques en faveur de ses candidats. Issa Guindo est un Homme riche d’expériences au plan sociopolitique. Il a fait preuve de dynamisme lors de son passage à la tête de la mairie de la Commune IV et de la commission de distribution des logements sociaux. Cependant, le principal défi majeur qu’Issa Guindo a à relever est le fait qu’il est accusé à tort ou à raison d’être arrosé par le phénomène de spéculation foncière dans la Commune IV. Donc, il doit pouvoir se défaire de ces accusations livides pouvant s’avérer compromettantes. C’est à ce prix que les électeurs des six Communes de Bamako pourraient placer en lui leur confiance. Concernant Me Demba Traoré, l’on se souviendra de lui d’avoir été un des plus jeunes Députés de l’Assemblée Nationale du Mali. Il est membre du Bureau politique national de l’URD, le parti de l’Honorable Soumaïla Cissé, chef de file de l’opposition malienne. Avocat de profession, Me Demba Traoré est un communicateur imbattable au plan politique. Alhousseiny Maïga, le candidat des FARES, est jeune et moins connu sur l’échiquier politique national. A cet effet, c’est surtout le renom du leader de son parti, Modibo Sidibé, qu’il pourra compter pour participer à la Régionale du district de Bamako. Mais il se peut qu’Alhousseiny Maïga puisse incarner un symbole d’alternance à la tête de la mairie centrale de Bamako. Ce qui atteste que la bataille sera dure. Maïmouna Diallo Source : aBamako aBamako

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here