Soumaila Cissé, président de l’URD : “La gestion d’un pays n’est pas un jeu de famille et encore moins un jeu de hasard”

89
“Nous devons chérir la démocratie, la défendre contre tous ses travers pour ne pas en faire une démocratie d’acclamation d’un chef ou d’exclusion d’un camp. Notre pays se meurt à petit feu, la situation sécuritaire se dégrade chaque jour un peu plus ». Ces propos sont de Soumaila Cissé, président de l’URD et chef de file de l’opposition malienne. Le parti de la poignée des mains, l’Union pour la république et la démocratie (Urd), a tenu du 18 au 19 novembre 2016 au Palais de la Culture de Bamako son 8è conférence nationale sur le thème : “Restaurer l’espoir”. On notait la présence des représentants d’une vingtaine de partis amis, qui ont témoigné et salué les membres, militants et sympathisants de l’Urd. L’objectif de cette 8è conférence nationale était d’évoquer entre autres, la dégradation continue de la situation sécuritaire, la situation sociale délétère, les élections locales et régionales, le débat relatif aux élections générales de 2018. Le Président de l’Urd, Soumaila Cissé, chef de file de l’opposition a regretté que notre pays se meurt à petit feu, « la situation sécuritaire se dégrade chaque jour un peu plus, l’agriculture, la pêche, le commerce, le tourisme et l’artisanat sont devenus des activités en détresse sur une bonne partie du territoire national ». Et d’ajouter que la corruption est endémique, la dernière reculade du gouvernement dans l’application de la loi sur la lutte contre la corruption, illustre, à souhait, le manque réel de volonté politique pour éradiquer ce fléau qui gangrène notre économie et pour lequel les plus pauvres payent un très lourd tribut. Les affaires claniques, les dérives étatiques défraient l’actualité, le chômage et l’exode des jeunes angoissent les familles, a-t-il déploré. L’honorable Soumaila Cissé, a précisé que la gestion d’un pays n’est pas un jeu de famille et encore moins, un jeu de hasard. “Un projet de bonne gouvernance, un solide et réaliste programme de développement et un pacte national de solidarité́ sociale et de justice égalitaire. Oui, notre pays a besoin d’une vision claire et affirmée pour plus d’équité et de justice sociale”, a-t-il souligné. Cheick Hassane Source : aBamako aBamako

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here