Scène d’esclavage en Libye : Le monde noir victime ou coupable

81
Depuis quelques jours le monde entier est tourmenté par un scandale des scènes de vente de migrants nègres par des libyens. La révélation a été faite par une chaine américaine CNN. Claudia Siar un descendant d’esclave a enfoncé le clou pour alerter les défenseurs des droits de l’homme. Pour cette scène macabre qui rappelle le commerce triangulaire plusieurs hommes d’Etat du continent ont réagi du président du Niger Mahamadou Youssoufou au président malien Elhadj Ibrahim Boubacar Keita en passant par le président Ouattara de Côte d’Ivoire. Le président en exercice de l’Union africaine et non moins président de la Guinée Conakry Professeur Alpha Conde a parlé d’acte inacceptable qui est un crime contre l’humanité. Le secrétaire général des Nations Unies le portugais Antonio Gutteres a clairement parlé de crime contre l’humanité et a promis l’ouverture d’une enquête pour en savoir plus Il a fait par de son indignation dans les termes les durs. Les sociétés civiles africaines, le monde des artistes ont vivement condamné cet acte qui met en cause la dignité de l’homme noir. Mais les africains n’arrivent toujours pas à comprendre que ce genre de traitement fait le chou gras des occidentaux qui continuent à croire que la place des noirs se trouvent dans les champs de coton. Flash back : Pour saboter ce qui incarne l’émancipation du peuple noir qui est le bicentenaire de l’indépendance d’Haïti les américains et les français ont monté de toute pièce une rébellion en 2004 pour chasser du pouvoir le père Jean Bertrand Aristide. Le scénario en son temps a été monté par l’ex président français Jacques Chirac et le président Georges Walker Bush. Sans aucun prétexte ils ont armé un déserteur de l’armée haïtienne Guy Philippe qui après avoir conquis les Gonaïves se rapprochait dangereusement de Port au Prince. Pour éviter un bain de sang selon les termes de l’Elysée et de la maison blanche américain et français interviennent pour renverser le père Jean Bertrand Aristide. A l’époque le président haïtien n’a bénéficié que du soutien du président sud africain Tabon Mbeki qui a fait le déplacement pour participer à la fête du bicentenaire de la première république noire. Aristide qui a toujours cru à la dignité de l’homme noir va finir par prendre la route de l’exil pour se retrouver en Afrique du Sud. Par solidarité excepté l’Afrique du sud aucun pays du monde noir n’a condamné cette atteinte à la dignité même du monde noir. Pis à Dakar l’assassin du guide de la grande Jamahiriya Arabe libyenne Socialiste et Populaire Mouammar Kadhafi Nicolas Sarkozy a parlé comme si l’Afrique n’a pas connu une brillante civilisation. Ce qui a suscité la réaction de certains historiens africains comme Adam Bah Konaré l’épouse de l’ancien président malien Alpha Oumar Konaré. Le président Emmanuel Macron n’a-t-il pas insulté la gent féminine africaine quand il dit que les femmes africaines font beaucoup d’enfants. Le président français ne sait-il pas que l’ex Ministre de l’économie et des finances de la France sous Sarkozy Hervé Guemmar a été contraint de démissionner parce qu’il a voulu louer un appartement plus grand ce qui allait dépasser la prime allouée aux Ministres. Il a voulu prendre cette décision parce qu’il avait 8 enfants rares sont aujourd’hui les familles africaines qui ont huit enfants. Ce même Macron n’a-t-il pas insulté les Kwassa Kwassa du nom de ces pécheurs comoriens qu’il accuse de transporter des migrants. En longueur de journée aux USA des policiers tuent en toute impunité des jeunes noirs. L’anti-esclavagiste mauritanien Biram Dah Abeid ne jouit d’aucune protection. L’Union africaine sait que les Harratines ces descendants d’esclaves sont toujours persécutés en Mauritanie. Même dans le nord du Mali il y’a encore les vestiges de l’esclavages. L’existence de marché aux esclaves est la conséquence de la maladresse de Sarkozy, de Barack Obama et de David Cameron qui ont injustement attaqué la Libye en violation du droit international. Les pays africains au lieu de s’unir pour empêcher l’agression ont plutôt lâché Kadhafi. L’ex président sénégalais Wade est allé à Benghazi pour demander au guide libyen de partir. Pire le président algérien a refusé de prendre l’appel du Colonel Kadhafi qui a voulu lui confier sa famille. C’est aux africains de s’unir. Avant 1949 en Chine il y’avait des endroits qui étaient réservés aux chiens et aux chinois. Les chinois au lieu de se poser en victime ont travaillé et aujourd’hui l’empire du milieu est craint et respecté. Badou S. Koba Source : aBamako aBamako

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here