123 Maliens de retour de l’enfer libyen

59
Depuis la révélation de la vente aux enchères des migrants africains en Lybie, les autorités maliennes, en partenariat avec l’Organisation internationale pour la migration, OIM, ont engagé le processus de rapatriement volontaire de nos compatriotes en situation difficile dans ce pays, aujourd’hui confronté à un problème sécuritaire sans précèdent. Ainsi, le 24 novembre 2017, ils étaient 123 à atterrir à l’aéroport international Modibo Keita. A l’accueil, les responsables du département en charge des Maliens de l’Extérieur et de l’Intégration Africaine. Selon ces responsables, sur les 170 prévus, il a été rapatrié ce vendredi 24 novembre dernier 123 Maliens libérés des Centres de détention de Salahadine avec 73 Maliens de Tarik ALmatar 51. Les responsables du ministère en charge des Maliens expliquent que pour des raisons de sécurité ceux de la prison de Tadjoura n'ont pas été mis à la disposition de l'Ambassade du Mali et ses partenaires qui sont l’OIM et le HCR pour ce voyage. «Des efforts seront maintenus et renforcés par l'Etat et ses partenaires pour que le maximum de nos compatriotes puissent retourner par le prochain prévu le 07 décembre 2017» indique-t-on. Il importe de souligner qu’auparavant, le ministre des Maliens de l’extérieur et de l’intégration africaine, Dr Abdramane Sylla avait donné une conférence de presse sur l’action du Gouvernement malien dans le traitement des dossiers des migrants en difficulté. C’était dans les locaux de son département en présence de ses proches collaborateurs. Pour lui, de 2013 à nos jours, des efforts constants ont été menés avec à la clé le rapatriement de plus de 11 000 maliens pour voie aérienne. Il indiquera que plusieurs destinations sont connues comme celles où les refoulements de migrants irréguliers sont vigoureux. C’est le cas de l’Algérie avec 1 223 maliens rapatriés récemment. Quant à la Libye, souligne le ministre, avec la crise de 2011, l’Etat a laissé place à une multitude de milices, de groupes armés et de petits territoires hostiles les uns contre les autres avec des prisons privées et un désordre ambiant. Dans ce pays, dit-il, malheureusement, les perspectives sont de plus en plus sombres avec la crise syrienne dont plusieurs combattants sont annoncés en Lybie. D’où ce processus de rapatriement de nos compatriotes. Le ministre Sylla a aussi entretenu la presse sur les actions menées par l’Etat pour retenir les jeunes au pays et financer les projets des migrants de retour. Source : aBamako aBamako

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here