L’intégration du WASH dans les politiques et pratiques de nutrition dans le district sanitaire de Bla: Des journalistes sur le terrain

50
La caravane médiatique organisée par WaterAid en partenariat avec le Réseau des Journalistes pour l'Eau potable et l'Assainissement (RJEPA), du 14 au 16 Novembre 2017 avait pour objectif fondamental de visiter les centres de santé, pour voir le niveau d'intégration du WASH dans les activités de nutrition dans le district sanitaire de Bla. Pendant 3 jours la dizaine de journalistes a sillonné les des CSComs des localités de : Sambala, Diaramana, Dièna et Niamana, ces centres couverts par le programme WASH de WaterAid. Cette caravane était aussi l'occasion pour les hommes de média de comprendre et constater le lien entre l'eau potable, l'assainissement et la malnutrition. Les quatre CSComs visités sont en moyenne à 30 Km de la ville de Bla, des structures sanitaires très appropriées pour se faire une idée de l'ancrage du WASH dans les pratiques de nutrition dans le pays profond. A toutes les étapes, les DTC (Directeur Technique du Centre), la sage-femme, la matrone et les dizaines de relais sont capables de démontrer le lien entre l'eau potable, l'assainissement et la nutrition. Ce beau monde à coup de formation et au bénéfice des infrastructures d'eau potable et d'assainissement est arrivé à un niveau de compétence très satisfaisant. En effet l'ensemble du personnel des 11 CSComs et du CSréf couverts par le programme est formé sur la manipulation des équipements, les bonnes pratiques et l'usage du matériel de sorte que toutes ces personnes plaident pour l'extension du programme aux autres localités non couvertes. Dans les différents CSComs la causerie éducative animée par la chargée de nutrition Dr Sylvie Diarra, a permis à l'assistance de comprendre les différentes phases de la malnutrition, qui est aussi le résultat cumulé de maladies récurrentes dues à l'insalubrité. Ainsi, les crises répétitives de diarrhée facilitent l'installation de la malnutrition car les crises récurrentes de diarrhée affaiblissent l'organisme et le prédispose à la malnutrition. Dr Sylvie a expliqué dans les différentes localités, comment se fait le travail de détection qui se fait les relais qui identifient dans un premier temps les enfants suspects qui sont par la suite confirmer au CSComs qui procède au trie selon que le cas est sévère ou modéré. Les cas sévères sont envoyés au CS réf et les cas modérés sont pris en charge sur place au CSComs, avec en toile de fond le rôle crucial de l'eau potable qui se retrouve à toutes les étapes du processus de guérison. Cette eau qui accompagne l'enfant en traitement est utilisée pour assainir l'enfant, bien lavé ses mains son visage, et le donné systématiquement de l'eau potable pendant la période où il consomme son aliment dans des conditions de salubrité permanentes. L'ensemble des relais communautaires dans les différentes localités, impressionnent par leurs maitrises de ces questions, ces jeunes femmes et hommes, adultes sont de vrais acteurs de la santé dans ces communautés avec lesquelles ils sont les premiers en contact. Le dernier jour de la caravane a été exclusivement consacré au CSref de Bla, dans cette structure les caravaniers après la visite des infrastructures a entretenu les hommes de média de la vie de son district sanitaire, surtout pour ce qui est du programme WASH de WaterAid, en lien avec la nutrition. Pour le Dr FamkanKané, ce programme de WaterAid qui concerne 12 des 30 structures de district sanitaire de Bla a été de déclic d'un ancrage de bonnes pratiques pour la salubrité. Il a surtout permis aux populations de vivre l'impact de l'eau potable et l'assainissement sur la santé des populations, en effet les pratiques du quotidien ont permis aux populations de comprendre le lien étroit entre la nutrition et la salubrité et l'eau potable de façon pratique. C'est pourquoi Dr Kané fait un plaidoyer fort pour que les autres structures de son district puissent bénéficier d'une telle opportunité, pour être au même niveau que les 12 couverts par le programme de WaterAid. Pour le médecin l'apport de ce programme sur la santé des populations est incommensurable, alors pour lui il serait très utile que ce programme s'étende aux autres localités. Il est important de rappeler que la malnutrition chronique touche 13% des enfants de moins de 5 ans ; 26% des enfants de moins de cinq ans présentent une insuffisance pondérale (enfant de petits poids) et plus d'un enfant sur trois (38%) souffre de retard de croissance ; un enfant meurt toutes les dix minutes à cause de la malnutrition (Politique Nationale de Nutrition). Youba KONATE Source : aBamako aBamako

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here