Maintien de la paix au Mali : Le Bataillon Badenya 6 prêt à être déployé

Les éléments du Bataillon Badenya 6 sont prêts à être déployés pour le maintien de la paix au nord du Mali. Les 850 hommes ont organisé le vendredi 24 novembre 2017, à Loumbila, une cérémonie de fin de formation. Mais avant Tombouctou, ils feront un séjour dans le Sahel burkinabè où ils vont contribuer à sécuriser la zone. RÈagissez ‡ cet article RÉAGISSEZ TWEET Maintien de la paix au Mali : Le Bataillon Badenya 6 prêt à être déployé La mission du Bataillon Badenya 5 prend fin à la fin de l’année. Pour relever ces hommes qui ont participé, dans la cadre de la mission onusienne, au maintien de la paix au nord du Mali, 850 militaires ont été formés pendant dix jours par leurs homologues américains, français et hollandais. A quelques mois de leur déploiement, ils ont reçu officiellement les encouragements du Chef d’Etat-major général des armées, le Général Oumarou Sadou et l’Ambassadeur des Etats-Unis au Burkina Faso, Andrew Young. C’était au cours de la cérémonie de fin de formation de prè-déploiement. Une préparation réussie Ils sont au total 850 militaires qui seront déployés. Parmi eux, 36 femmes dont deux officiers, sept sous-officiers et 28 militaires du rang. Ils seront commandés par le lieutenant-colonel Elie Tarpaga qui s’est d’ores et déjà réjoui de la présence du personnel féminin dans le bataillon. « La présence du personnel féminin au sein du bataillon démontre que la question genre au Ministère de la défense et des anciens combattants est une réalité », a-t-il fait remarquer. Débutée la 17 septembre 2017, la formation a duré dix jours. Durant ce temps, les impétrants ont parcouru des localités comme Mogtédo, Loumbila, Ziniaré en passant par Ouagadougou. Ils ont été outillés entre autres, selon le commandant du Bataillon, à l’utilisation du GPS, aux procédures de patrouille, aux techniques de bouclage et de fouille de zone, à la réaction à l’embuscade, le combat en zone urbaine, à la défense d’un camp et d’un check point, à l’escorte de convois et de personnalités, aux tirs des armes individuelles et collectives, aux tirs à bord de bastions. Ils seront déployés à Tombouctou dans le nord Mali. Une zone d’insécurité qu’écument des groupes armés qui attaquent très souvent les forces armées onusiennes. L’occasion était donc belle pour le Général Oumarou Sadou de rappeler un point essentiel pour le succès de la mission aux hommes : « Garder toujours à l’esprit que les missions se suivent mais ne se ressemblent pas ». Il les a également appelés à l’union au tour de leur commandant. « Tous unis autour de votre chef dans l’ordre et la discipline vous allez vaincre l’adversité dans l’exécution de votre mission », leur a-t-il dit. Coopération Burkina-USA, plus que jamais intensifiée La formation de pré-déploiement a été assurée en partie par des militaires américains dans le cadre du Programme ACOTA (African contingency opération training and assistance). Dix-huitième pays africain à bénéficier de ce programme, le Burkina reçoit depuis 2006 l’appui technique, financier et logistique des Etats-Unis. Selon l’ambassadeur du pays de l’Oncle Sam, ce sont environ 38 milliards de francs CFA qui ont déjà été débloqués pour soutenir le Burkina Faso dans les efforts régionaux de maintien de la paix. Le choix du Burkina s’explique, selon le diplomate américain, par les qualités de sa population et de ses dirigeants. « Nous contribuons à la sécurité régionale à travers vous car le Burkina a toujours été un partenaire fort, sérieux et travailleur dans la région », s’est félicité… En plus de la formation de pré-déploiement de nos hommes, l’armée de l’air américaine a formé la gendarmerie et l’armée en technique de renseignements. Aussi, il est prévu la construction d’infrastructures sur le site de formation des hommes et femmes devant aller au Mali dans le cadre de la mission onusienne. « Quel plaisir donc de répéter que la coopération entre le Burkina Faso et les Etats est plus forte qu’elle n’a jamais été », a redit le diplomate. Mieux encore, dans le cadre de la mise en place de la Force armée du G5 Sahel, les USA mettent dans le panier la somme de 33,5 milliards de francs CFA. A entendre le chef de la diplomatie américaine au Burkina, près de la moitié de cette somme reviendra au Burkina. Des efforts qui permettront à l’armée burkinabè de se renforcer en vue de faire face aux attaques terroristes. Jacques Théodore Balima Lefaso.net Source : aBamako aBamako

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here