Le maire de Sikasso tacle IBK : L’affrontement évité de justesse

La visite du président de la République dans la capitale du Kénédougou aura permis de poser des jalons sur le plan politique quant aux futures batailles électorales à venir. L’actuel maire de Sikasso est un homme qui surfe sur l’eau actuellement à Sikasso ayant la confiance des populations de la ville. Toute chose qui lui qui a permis de mettre en déroute la coalition de partis lors des dernières communales. Les Tisserands entendent laver l’affront lors des régionales et porter l’estocade, définitivement, pour la présidentielle de 2018. Mais le maire Kalifa n’a pas dit son dernier mot. Sortira-t-il indemne d’un duel fratricide annoncé ? En tout cas, tout au long de ce périple présidentiel à Sikasso, on aura constaté une sorte de désamour entre le Président de la République et son « diatigui » qui est le Maire Kalifa Sanogo. C’est encore lui le seul probable candidat bénéficiant de la légitimité de son parti après l’inusable Soumaïla Cissé de l’URD à la présidentielle de 2018. Kalifa Sanogo, pense certainement que le Président IBK est venu dans l’intention de faire la cour aux électeurs de Sikasso. C’est pourquoi il ne s’est pas gêné de rappeler à l’enfant de Sébénikoro deux de ses visites dans la capitale du Kénédougou quand il n’était que simple Président du RPM, à l’époque abandonné par les siens. Et c’est lui Kalifa qui était à ses côtés pour l’entretenir et l’éloigner des pétrins de la vie. Aussi, il a en outre rappelé à IBK qu’il avait, à l’époque, publiquement reconnu tout l’apport si précieux de lui Kalifa Sanogo… Et pourtant, ces propos du maire sont révélateurs à plus d’un titre et devraient bénéficier de l’attention des uns et des autres notamment de l’ORTM la station mère qui a superbement ignoré ces détails, pourtant utiles. A l’occasion des dernières communales, le même Kalifa a mis sous l’éteignoir la coalition RPM menée par les Nando Dembélé, Ousmane Koné, ancien ministre, Mamadou Sétigui de Yanfolila aujourd’hui président du Haut Conseil des collectivités, un personnage, genre grande gueule, qui ne fait rien pour le parti contrairement à ses allégations. Même l’ancien maire Tangara a été mis à genou dans cette bataille maliano-malienne du Kénédougou. Dans son discours, comme une réponse du berger à la bergère, IBK s’est empressé de dire : « Kalifa, tu es mon frère, cela a été dit depuis mon arrivée. Mais tu sais que je ne suis pas un ingrat. Je ne suis pas un ingrat. J’ai rendu le bien à tous ceux qui m’ont fait du bien. Je ne nourris de haine contre personne. IBK ne nourrit aucune haine contre personne. Priez pour que cela soit ainsi », donnant ainsi raison au maire actuel de Sikasso. Un vrai avant du goût de la bataille présidentielle de 2018 ? Les dés sont jetés. En calmant le jeu, le président aura refroidi les ardeurs du jeune loup ADEMA. Autrement, la guerre larvée se serait transformée en bataille rangée. Toutefois, IBK s’identifie au RPM. C’est la raison qui explique les déculottés au sein de la formation politique au-delà de la personne du chef de l’Etat, les autres cadres ayant du mal à émerger. Mais, avec les mesures impopulaires prises par IBK, le parti doit revoir sa carte de visite. Le même IBK bénéficiera-t-il encore de l’aura des religieux, de la société civile et des militaires ? Les débats sont ouverts. Issiaka Sidibé ===================== IBK sur les chantiers du développement : Le programme de société du président en marche Le Président de la République, Ibrahim Boubacar Kéita, a bouclé, le vendredi dernier, sa visite de 72 heures (du 22 au 24 novembre 2017) dans la région de Sikasso. Cette sortie présidentielle aura été plus bénéfique pour les Sikassois, à en juger par les actions posées par le Président IBK tout au long de ce périple. A Bougouni, première étape de la visite, IBK a remis 1 million à chacun des groupes sociaux que sont les leaders religieux, les femmes, les jeunes et les griots… Tout juste à quelques kilomètres de là, soit à Zantièbougou, le Président de la République a remis 30 motos ambulances tricycles pour transport de malades à trois villages de la commune de Zantièbougou, et 27 villages du cercle de Kolondiéba, conformément à un engagement pris lors de sa visite dans ce cercle en 2016. Autre lieu, autre temps fort de cette deuxième visite du Président IBK aura été l’étape de Koumantou, qui l’aura vu remettre des kits solaires et agricoles à la population. L’apothéose aura été l’accueil accordé au Président de la République, Ibrahim Boubacar Kéita, à Sikasso. Rarement, la capitale du Kénédougou aura vu une telle marée humaine en faveur d’un Président… Tout à l’honneur donc du Président IBK ! Lancement de la Campagne de vaccination du cheptel Le Président IBK a procédé, le 23 novembre 2017, au lancement de la Campagne de vaccination du cheptel, édition 2017-2018 à Bougoula Hameau, un village périphérique de Sikasso. Faut-il le souligner, cette campagne concerne cette année au total 55 182 000 têtes d’animaux et de volailles contre des maladies comme la péripneumonie contagieuse bovine, la peste des petits ruminants, la maladie de Newcastle, les pasteurelloses bovine, ovine et caprine, les charbons symptomatique et bactéridie, la fièvre de la vallée du Rift. Occasion pour le Président de la République de décorer une dizaine de personnes évoluant dans le secteur de l’élevage et de l’agro-industriel, avant de remettre 3 véhicule Pick-up, 47 motos, 20 000 unités de vaccins et d’autres kits pour la santé animale aux services vétérinaires de Sikasso. Le clou de la cérémonie Le clou de la visite du Président IBK à Sikasso a sans conteste été l’inauguration de la nouvelle station d’adduction d’eau potable, sise à Misirikoro, à quelques 20 kms de la ville. Financée à hauteur de plus de 4,5 milliards de francs CFA, cette station d’adduction d’eau potable comprend 46 bornes fontaines. A travers elle, la ville de Sikasso et environnants disposent désormais de 19 forages avec un débit d’exploitation cumulé de 19 000 m3 par jour ; 112 bornes fontaines ; 39 aires de lavage sur une longueur totale de 547 Km. Le nombre d’abonnés sera de 9 736, dont 66 bornes fontaines publiques. Et aussi, le lancement des travaux de la route 2×2 voies pour la traversée de la ville de Sikasso et de ses voies d’accès. Le 24 novembre, le Président de la République, Ibrahim Boubacar Kéita, a inauguré une merveille à 80 km de Sikasso appelée Pont de Kouoro-Barrage, et ses voies d’accès. Un ouvrage en remplacement de l’ancien pont métallique qui contribuera beaucoup au désenclavement de la région, puisque point charnière entre Koutiala et Sikasso. En effet, il faut indiquer que cela faisait plusieurs décennies que les populations avaient émis le souhait d’avoir un pont plus sécurisé en remplacement de l’ancien pont métallique qui devenait de plus en plus vétuste et dangereux pour les usagers. La construction de ce pont et ses voies d’accès d’une longueur de 1,052 kilomètre sur la RN11, à cheval entre Koutiala et Sikasso, s’inscrit dans le cadre du Programme d’Aménagement d’Infrastructures Routières Structurantes (PAIRS). Les travaux, confiés au groupement d’entreprise MNS SA (MIDNIGHT) /Covec, ont été réalisés avant le délai contractuel grâce à l’implication du ministre de l’Equipement et du Désenclavement TRAORE Seynabou DIOP. Le projet, faut-il le souligner, est financé à plus de 2 milliards de FCFA par l’Etat à hauteur de 50,35%, et par la Banque Ouest Africaine de Développement (BOAD) à hauteur de 49,65%. Le même jour, le Président IBK a procédé à la pose de la première pierre du centre de conservation de la pomme de terre pour le compte du Groupement Interprofessionnel de la Filière Pomme de terre de Sikasso, et à l’inauguration d’une plateforme de stockage frigorifique pour le conditionnement et l’exportation de tubercules de la société ‘’SS-Frigosud-SA’’ à Koboïla II. Salif Diallo Source : aBamako aBamako

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here