Crise au sein de la CAFO : Le problème se nomme Oumou Touré

Malgré la grosse remise par le tribunal de première instance de la commune III du district de Bamako en date du 11 Aout 2017, l’actuelle Ministre de la Promotion de la Femme de l’Enfant et de la Famille Oumou TOURE refuse de quitter à la tête de la Cafo et remettre les clés de l’établissement. Les locaux sont à l’heure interdits aux membres du Comité Exécutif National par les deux permanenciers. Ils disent ne recevoir d’ordre que de la dame Oumou. Violer la loi ne fait plus honte aux maliens pire à la majorité écrasante de ceux ou celles qui en ont la responsabilité d’exécution. Le cas de l’actuelle Ministre de la Promotion de la Femme de l’Enfant et de la Famille vient s’ajouter à cette liste qui ne fait pas honneur à la démocratie malienne. Nommée ministre dans le gouvernement Abdoulaye Idrissa Maiga, Oumou Touré ne peut plus continuer à diriger la Coordination des associations et ONG féminines(CAFO). La constitution du 25 février 1992 est unanime sur ce sujet : « Le poste de ministre est incompatible avec toute fonction élective ou ..) ». Sachant n’est pas pouvoir occuper les deux postes, Oumou va en violation du statut et du règlement intérieur prendre une mesure très controversée. Elle signe une procuration à la date du 26 juin 2017 pour désigner Madame Keita Fatoumata Sissoko, 1er secrétaire aux finances du bureau exécutif pour assurer la présidence par intérim. La procuration (Une copie avec nous, Ndlr) contient une grande contradiction, bien que signée par Oumou TOURE, celle-ci insiste que c’est une décision du bureau Exécutif National. Des dires que nient en bloc la majorité du BEN de la Cafo. La dame Oumou Touré refuse ainsi de respecter les statuts et règlement intérieur de la Cafo qui prévoient déjà des réponses claires dans de telles situations. En effet en cas d’empêchement ou de vacances de la présidente, la gestion des affaires courantes reviennent à la secrétaire générale en respect de l’ordre de préséance. Les membres du bureau exécutif national ont adressé le 17 mai 2017 des correspondances à leur collègue nommée ministre dès sa prise de fonction. Ces félicitations ont été suivies d’une demande de tenue de la passation et la remise des clés des locaux. La ministre Oumou n’a jamais répondu à ces différentes correspondances. Les locaux de la CAFO sont quasiment contrôlés par les deux permanenciers Youssouf Coulibaly et Yacouba Maiga. Ils refusent l’accès aux membres qui demandent la normalisation et disent ne recevoir d’ordre que de Madame la ministre. Face à cette situation les membres du Bureau Exécutif National représentés par Madame Mariko Mah Coulibaly ont poursuivi les deux individus et la ministre devant le tribunal de première instance de la commune III pour forcer l’ouverture des locaux afin que les clefs reviennent de droit à la secrétaire générale comme cela est prévu par le règlement intérieur de la Cafo. La décision de justice peine depuis trois mois d’être mise en œuvre en raison de la ministre de la Promotion de la Femme de l’Enfant et de la Famille qui refuse de respecter le règlement intérieur de son association, la justice de son pays et la constitution de sa Nation. Ibrahim Boiny (I.B 124 le panaf) Source : aBamako aBamako

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here