Vente d’esclaves subsahariens en Libye : Le parti SADI condamne les atteintes graves aux droits humains

A la faveur d’une conférence de presse animée, le lundi 27 novembre 2017, à son siège, le Parti Solidarité Africaine pour la Démocratie et l’Indépendance (SADI) a exprimé son indignation et sa consternation par rapport aux révélations sur la vente aux enchères des migrants Ouest Africains comme esclaves en Libye. Selon leur déclaration liminaire, le parti SADI : « condamne les atteintes graves aux droits humains perpétrées par les milices libyennes contre les migrants ouest-africains.». Cette rencontre a été également l’occasion pour le président du parti SADI, Dr. Oumar Mariko, de rendre un hommage au président démissionnaire de Zimbabwe, Robert Mugabé. Selon la déclaration liminaire, le Parti SADI exprime son indignation et sa profonde consternation à la suite des révélations de la chaîne de télévision américaine CNN selon lesquelles, des migrants, pour la plupart ressortissant de l’Afrique de l’Ouest, sont vendus aux enchères comme esclaves en Libye. Pour le document, le SADI s’étonne de l’indignation des autorités du Mali, qui ont attendu ces « révélations » de la chaine de Télévision CNN pour se fendre d’un communiqué condamnant la vente aux enchères des migrants en Libye. Selon le président du parti SADI, Dr. Oumar Mariko, ce problème réside dans les accords de réadmission et dans la politique migratoire de l’Europe. « Depuis longtemps nous avons dénoncé la manœuvre. Cette manœuvre réside dans les accords de réadmission et dans la politique migratoire de l’Europe qui déversent ses problèmes sur l’Afrique et qui poussent les africains à se mettre dans une situation où une fois la machine de répression est déclenchée des conventions de positionnement commencent. Ce qui est regrettable aujourd’hui en Europe est que la destruction de la Libye est l’œuvre de Sarkozy avec l’acceptation de toute la Communauté Internationale. Ils se sont servis des milices pour détruire la Libye et la Communauté Internationale continue à refuser à ce que le parlement qui a été choisi par le peuple libyen est son propre gouvernement », a-t-il expliqué. Par ailleurs, dira leur déclaration, l’immigration ne constitue pas véritablement un frein au développement économique, social et culturel de l’Europe. « Elle n’est ni une invasion, ni une menace pour son économie. Les chiffres le démontrent clairement. Le Haut-Commissariat pour les Réfugiés (HCR) a signalé que le nombre des réfugiés et déplacés dans le monde a explosé au 21ème siècle en raison de nombreux conflits qui ont éclaté. Les réfugiés étaient estimés en 2014 à 60 millions contre 37, 5 millions il y’a 10 ans », a-t-elle relevé. Et d’ajouter que devant la gravité de la situation, le Parti SADI : « condamne les atteintes graves aux droits humains perpétrées par les milices libyennes contre les migrants ouest-africains ; condamne la politique d’externalisation des frontières pratiquées par l’Union Européenne qui avait pourtant déclaré que la Libye est un pays « moins sûr » ; dénonce l’hypocrisie des dirigeants européens qui ont pris connaissance des nombreux rapports fournis par les organisations européennes de défense et de protection des migrants sur les viols, tortures et exécutions sommaires enregistrés dans ce pays depuis plusieurs années ; dénonce le renforcement des capacités des autorités libyennes par l’Union Européenne à intercepter les réfugiés et les migrants en mer et à les ramener en Libye où les conditions de détention et les tortures qu’ils subissent quotidiennement sont largement dénoncées. En réalité, l’Union Européenne essaie de contourner ses obligations internationales en négligeant les conditions alarmantes auxquelles des milliers d’hommes, de femmes et d’enfants sont exposés en Libye; exhorte le Gouvernement malien à se démarquer de la politique migratoire de l’Union Européenne qui vise à tarir le flux des réfugiés sur son sol et à confier la traque des migrants aux milices qui vendent nos compatriotes ainsi que les ressortissants des pays de la sous-régions ouest africaine ; exhorte le Gouvernement malien à chercher les vrais alliés en Libye pour protéger nos ressortissants et fermer les bases des terroristes qui nous attaquent à partir de la Libye ; invite le Gouvernement malien à mener des enquêtes approfondies au niveau de l’ambassade du Mali en Lybie, du Ministère des Affaires Etrangères pour situer toutes les responsabilités de cette situation tragique et prendre les sanctions qui s’imposent. » . A la fin de la rencontre, le président du Parti SADI, Dr. Oumar Mariko a rendu un hommage au président Robert Mugabé : « Le SADI rend Hommage à ce dirigeant exceptionnel, combattant anti-impérialiste qui a consacré son énergie, son intelligence et son engagement toute sa vie durant au progrès économique et social de son pays et du continent africain; exprime toute sa reconnaissance pour les nombreuses victoires enregistrées tout au long de sa très longue et riche expérience d’homme d’Etat et de dirigeant politique ; exprime sa confiance dans la ZANU-PF pour poursuivre l’œuvre de Robert Mugabe qui reste un exemple pour SADI et tous les révolutionnaires du continent. » Moussa Dagnoko Source : aBamako aBamako

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here