Visite du Président Ibrahim Boubacar Kéïta à Sikasso : Des vraies actions de développement pour la région

Du lancement des travaux d’aménagement en 2X2 voies de la traversée de la ville de Sikasso sur la RN 7 en passant par celui de la Campagne de vaccination du cheptel, édition 2017-2018, l’inauguration d’une nouvelle station d’adduction d’eau potable, celle du pont de Kouoro-Barrage et de la plateforme de stockage frigorifique, conditionnement et exportation de tubercules, le Président de la République, Ibrahim Boubacar Kéïta, au cours de sa visite de 72 heures, a laissé sa touche dans la troisième région. Ces actions visant à accélérer le développement économique de la région, ont été vivement saluées et appréciées par les populations de toutes les localités dans lesquelles le Chef de l’Etat s’est rendu. Aménagement de 2X2 voies de la traversée de la ville de Sikasso :Un geste inoubliable pour les habitants du Kénédougou Accueilli dans l’allégresse ce 22 novembre par un bain de foule aux environs de 16 heures 30 minutes, Ibrahim Boubacar Kéïta a directement procédé au lancement des travaux d’aménagement de 2X2 voies de la traversée de la ville. Ce fut une soirée pleine de reconnaissance à l’égard du Chef de l’Etat. La réalisation de ces voies au bénéfice de la ville de Sikasso soulagera les populations de la capitale du Kénédougou. Elle leur permettra également de tourner la page des difficultés de circulation à travers la ville. «Le projet d’aménagement en 2X2 voies de la traversée de la ville de Sikasso, programmé parmi les projets routiers prioritaires de mon département, a pour objectif global de contribuer à l’amélioration de la mobilité urbaine dans la ville de Sikasso en offrant aux usagers un très bon niveau de service», a souligné Mme Traoré SeynabouDiop, ministre de l’Equipement et du Désenclavement. Les travaux de réalisation de ce projet seront assurés par la Compagnie Sahélienne d’Entreprises (CSE) pour un montant de 19 milliards 112 millions 336 mille 330 FCFA hors taxes, pour un délai d’exécution de 18 mois. «Quant aux prestations de contrôle par la Compagnie Sahélienne d’Entreprise, elles seront assurées par le bureau d’études CIRA-SA pour un coût d’1 milliard 52 millions 401 mille 520 F CFA », a précisé le ministre Traoré SeynabouDiop. Pour le Président de la République, Ibrahim Boubacar Kéita, la réalisation de ce projet permettra de garantir la fluidité de la circulation dans la ville de Sikasso. Il s’agit également, selon IBK, d’embellir la ville et de la rendre beaucoup plus moderne. «Sikasso est une capitale régionale qui est au cœur de l’économie du Mali. Donc, il est bon et souhaitable qu’elle ait le visage d’une capitale moderne », a ajouté le chef de l’Etat. A noter que pour le financement du projet, la Banque Ouest Africaine de Développement (BOAD) intervient à hauteur de 20 milliards F CFA et le Budget national pour 1,151 milliard de F CFA. Lancement de la campagne de vaccination : la joie des éleveurs Le lendemain, 23 novembre 2017, le Président de la République a procédé au lancement de la campagne de vaccination du cheptel, édition 2017-2018 à Bougoula Hameau, situé à la périphérique de Sikasso. Au total, 55 182 000 têtes d’animaux et de volaille (toutes espèces confondues) sont concernées par cette campagne, contre 30 187 003 têtes pour la campagne précédente. Les principales maladies concernées par cette vaccination sont la péripneumonie contagieuse bovine, la peste des petits ruminants, la maladie de Newcastle, les pasteurelloses bovine, ovine et caprine, les charbons symptomatiques et bactéridiens, la fièvre de la vallée du Rift. Selon Mme Ly Taher Dravé, ministre de l’élevage et de la pêche, le choix de Sikasso repose sur l’effectif de son cheptel qui devient de plus en plus important et est estimé à 21 789 576 dont 1 857 860 têtes de bovins. Il s’agit aussi, pour le ministre, de la position stratégique de la région dans la mobilité des animaux en raison de la convergence des animaux du Delta et de ceux du Gourma à la recherche de pâturage et pour le transit vers la Côte d’Ivoire. « L’effectif du cheptel malien et son potentiel exigent de mon département la mise en place d’un système de santé animale répondant aux normes internationales », a-t-elle ajouté. Elle a également précisé que son département, à travers les services vétérinaires, déploie d’importants efforts pour une surveillance épidémiologique accrue du cheptel afin de contrer les maladies animales majeures qui l’affectent. «D’autres maladies telles que la péripneumonie contagieuse bovine, la rage, la maladie de Newcastle sont sous contrôle permanent des services vétérinaires et du Laboratoire Central Vétérinaire », a-t-elle rassuré. Quant au Président de l’Assemblée Permanente des Chambres d’Agriculture du Mali (APCAM), Bakary Togola, il a demandé aux éleveurs de vacciner les animaux. « Faites vacciner tous les animaux comme on le fait pour les enfants par le système de porte-à-porte ou de troupeau à troupeau», a-t-il conseillé. Après avoir donné le coup d’envoi de la campagne, IBK a invité les éleveurs à faire vacciner tous les animaux pour leur santé. Il faut aussi signaler qu’une dizaine de personnes évoluant dans le secteur de l’élevage et de l’agro-industrie ont été décorées par le Président de la République. Aussi, 3 véhicules Pick-up, 47 motos, 20 000 unités de vaccins et d’autres kits pour la santé animale ont été remis aux services vétérinaires pour le bon déroulement de cette campagne de vaccination. Meilleure commercialisation de la pomme de terre :IBK donne de l’espoir aux acteurs du secteur. En posant la première pierre du centre de stockage et de conservation de la pomme de terre et en inaugurant la plateforme de stockage frigorifique, conditionnement et exportation de tubercules, le Président de la République Ibrahim Boubacar Kéïta donne de l’espoir aux acteurs de ce secteur. Après Kouoro-Barrage, le Président de la République est allé à Sikasso où il a effectué la pose de la première pierre du centre de stockage et de conservation de la pomme de terre de Sikasso sur l’esplanade de l’ancien aéroport de la ville. Bâti sur une parcelle de deux (2) hectares sur le site de l’ancienne aérogare de Sikasso, acquis par le Groupement Interprofessionnel de Pomme de Terre de Sikasso, ce centre de conservation et de stockage a une capacité prévisionnelle de trois mille (3 000) tonnes de pomme de terre. L’infrastructure dont la réalisation va durer huit (8) mois est financée par le Gouvernement du Japon dans le cadre de la coopération financière bilatérale. Le ministre du commerce, Porte-parole du gouvernement, Abdel Karim Konaté, a rendu un hommage mérité au chef de l’Etat qui a présidé cette cérémonie. Selon le ministre Abdel Karim Konaté, « la culture de la pomme de terre est pratiquée sur une grande partie du territoire national et occupe de plus en plus une place importante dans notre économie et dans nos habitudes alimentaires ». En reconnaissant le dynamisme de la filière pomme de terre au Mali et surtout du Groupement Interprofessionnel de Pomme de Terre, le ministre en charge du commerce dira que « Plus de cinquante mille (50 000) exploitations familiales évoluent aujourd’hui dans ce secteur avec une production nationale estimée à deux cent quatre mille (204.000) tonnes environ en 2017 et pour un chiffre d’affaires évalué à 36 milliards de francs CFA… Cent quatre vingt sept (187) villages de la région pratiquent la culture de la pomme de terre au sein de cent vingt (120) coopératives agricoles ». Le chef du département du commerce a expliqué que la Région de Sikasso produit environ cent onze mille (111.000) tonnes, soit 54,41% de la production nationale de la pomme de terre. « Une bonne conservation des produits agricoles devient ainsi un facteur de lutte contre la pauvreté en milieu rural par l’effet de l’augmentation de la production qu’elle engendre, l’agriculteur étant rassuré que sa production est protégée contre les risques de mévente, de vente à perte ou d’avarie », a laissé entendre Abdel Karim Konaté. L’objectif de mon département, a-t-il fait savoir, est faire de ce centre un véritable pôle des affaires en vue de valoriser nos potentiels agricoles et d’accroître nos échanges dans le cadre de l’intégration régionale et l’accès au marché international. «D’autres investissements sont prévus sur ce site pour son renforcement en vue de le rendre davantage opérationnel. A cette fin, cinq cent quatre-vingt (580) millions de francs CFA, financés par l’Unité de Mise en Œuvre du Cadre Intégré (à hauteur de 380 millions de francs CFA) et le budget national (pour 200 millions F CFA), seront destinés à la réalisation d’ouvrages divers dont un forage équipé de château d’eau et son réseau d’alimentation et la construction d’un espace de vente », a annoncé le ministre du commerce. Aux environs de 17 heures, Ibrahim Boubacar Kéïta s’est ensuite rendu à Kaboïla II sur la route de Zégoua pour inaugurer une plateforme de stockage frigorifique, conditionnement et exportation de tubercules, réalisée par la société ‘’SS-Frigosud-SA’’. Selon son promoteur, Ousmane Sidibé, SS-Frigosud-SA est un entrepôt frigorifique de 3.000 tonnes de capacité à Sikasso, destiné au stockage à longue durée des tubercules produits localement, à savoir, la pomme de terre et la patate douce. Réalisée à hauteur de 1 910 millions F CFA hors besoin en fonds de déroulement, cette plateforme de stockage frigorifique comprend 5 chambres froides pour un volume total de stockage de 13 125 m3 à 3000 tonnes équivalent de pomme de terre, réfrigérée à 5-8°C et une chambre de pré-refroidissement de 3 750 m3 réfrigérée à 15°C. « Cet d’édifice permettra la création d’une véritable chaîne de valeur pomme de terre à Sikasso en prenant en charge les contraintes et opportunités liées à la forte saisonnalité de la production, les difficultés de conservation des tubercules, la proximité géographique des lieux de production, la proximité géographique du site de la plate-forme des marchés à fort potentiel d’exportation », a déclaré, Abdel Karim Konaté, ministre du Commerce, Porte-Parole du Gouvernement. Une nouvelle station d’adduction d’eau potable inaugurée : Le sourire des femmes Les femmes de la ville du Kénédougou et celles des quartiers périphériques se disent soulagées grâce au Programme présidentiel d’urgence sociale qui a permis la réalisation de cette station d’adduction d’eau potable à Misirikoro, situé à quelques 20 km de la ville de Sikasso. Cette infrastructure a été inaugurée le 23 novembre 2017 aux environs de 16 heures par le Chef de l’Etat. Financée à plus de 4 milliards 500 millions de francs CFA, cette station d’adduction d’eau potable comprend 46 bornes fontaines. Ainsi, la ville de Sikasso et ses environs disposent désormais de 19 forages avec un débit d’exploitation cumulé de 19 000 m3 par jour, 112 bornes fontaines, 39 aires de lavage sur une longueur totale de 547 Km. Ainsi, le nombre d’abonnés passera à 9 736 foyers avec 66 bornes fontaines publiques. Selon MalickAlhousseini, ministre de l’Energie et de l’Eau, le coût de l’accessibilité au branchement est passé de 120 000 F CFA à 50 000 F CFA. Au cours de cette inauguration, les habitants de Misirikoro ont notifié leur satisfaction au Chef de l’Etat. Le chef du Village de Misirikoro a également exposé à Ibrahim Boubacar Kéita, l’état désastreux de l’axe Sikasso ville-Misirikoro, long d’environ 20 km. Inauguration du pont de Kouoro-Barrage :La population dit merci à IBK Ce 24 novembre 2017, depuis 7 heures du matin, tous les villages de la commune rurale s’étaient regroupés à Kouoro-Barrage, Chef-lieu de la Commune pour réserver un accueil triomphal à Ibrahim Boubacar Kéïta. C’est aux environs de 11 heures que le Président de la République a été accueilli au pied du nouveau pont sous un tonnerre d’applaudissement et des banderoles sur lesquelles l’on pouvait lire : « Merci IBK pour le Pont ! », « La commune de Kouoro-Barrage vous soutient ! ». Long de 81 m avec un coût de réalisation de 2 milliards 88 millions 36 mille 818 F CFA, ce pont contribuera désormais à accélérer le trafic commercial entre la région de Sikasso et celle de Ségou en passant par Koutiala. Après la coupure du ruban symbolique, le Chef de l’Etat a tenu à préciser : «C’est un projet considérable. Ce pont est une belle couture dans notre économie nationale. C’est un bonheur réel et de la joie qui minent les visages des habitants. Quand une œuvre est attendue du très fond du cœur, sa réalisation donne de la joie et nous sommes en joie en ce vendredi, un jour saint ». Il faut préciser que la réalisation de ce pont entre Sikasso et Koutiala sur la route nationale (RN 11) s’inscrit dans le cadre de l’exécution du Programme d’Aménagement d’Infrastructures Routières Structurantes du Ministère en charge de l’Equipement et du Désenclavement. Un dossier réalisé par notre envoyé spécial à Sikasso, Ousmane Ballo Source : aBamako aBamako

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here