Parti Yèlèma face à la presse : « Nous proposerons une nouvelle offre politique pour l’alternance en 2018…»

89
Le parti de Moussa Mara qui ne se réclame d’aucun bord politique, c’est à dire ni de la majorité, ni de l’opposition encore moins du centre, entend proposer aux forces vives de la nation une nouvelle offre politique pour assurer l’alternance en 2018. Ces propos ont été tenus, samedi 09 décembre 2017 au siège du parti, lors de la conférence de restitution des conclusions du 2ème congrès ordinaire tenu à Mopti. La rencontre était animée par le secrétaire politique, non moins porte-parole du parti Yèlèma ‘’le Changement’’, Amadou Aya, en présence des membres du bureau national. Les 18 et 19 novembre 2017, se sont tenus les travaux du 2ème congrès ordinaire du parti dans la Venise malienne. La rencontre qui a enregistré 700 délégués venus de Bamako, de l’intérieur et de la diaspora, a procédé au renouvellement du bureau politique national et adopté d’importantes résolutions. Ainsi, dans le cadre des résolutions, le parti Yèlèma décide de son retrait pur et simple des activités de la Convention de la Majorité Présidentielle (CMP) et de l’Alliance pour le Mali (APM), invite le gouvernement à tout mettre en œuvre pour l’organisation des élections du 17 décembre. Dans la perspective des élections générales de 2018, Yèlèma invite le gouvernement et les parties signataires de l’accord à mettre en œuvre les recommandations de l’accord pour la paix et la réconciliation à travers la mise en place effective des autorités intérimaires, rappelle la responsabilité du gouvernement à assurer la sécurité des personnes et de leurs biens sur tout le territoire en restaurant l’autorité de l’Etat. Toujours dans la perspective de 2018, Moussa Mara et ses camarades invitent toutes les forces vives de la nation à s’organiser autour d’une candidature de consensus dans le cadre d’un vaste rassemblement en vue de l’alternance en 2018. Pour y parvenir, Yèlèma prend l’engagement de s’aligner derrière tout candidat issu d’un consensus. Concernant cette résolution importante issue du congrès, Amadou Aya se veut plus rassurant. « Nous sommes en train de travailler pour réunir les forces politiques. Il y a plusieurs cibles. Au moment venu, nous vous dirons avec quel parti ou association nous constituerons cette nouvelle offre politique pour l’alternance en 2018 ». Pour lui, la majorité des Maliens ne se reconnaissent pas dans ce qui se passe au Mali. « Nous ne soutenons plus IBK et nous ne serons pas avec IBK. Nous ne voulons plus d’IBK, encore moins des acteurs du mouvement démocratique au pouvoir en 2018. Si nous n’avons pas la vraie alternance en 2018, le pays va s’embraser », a prévenu Aya qui ajoute que les élections présidentielles devront se tenir vaille que vaille. Daouda T. Konaté Source : aBamako aBamako

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here