Violence à Konsiga

59
Les partis politiques ne sont pas montrés insensibles aux affrontements qui ont eu lieu le vendredi 15 décembre 2017 entre les forces de l'ordre et des individus qui avaient occupé en toute illégalité la mairie de la commune de Konsiga dans le cercle de Yélimané. À l’unanimité, ils expriment leur consternation et exigent l’ouverture d’une enquête indépendante. À Konsiga dans le cercle de Yélimané, les affrontements qui ont eu lieu le vendredi 15 décembre 2017 entre les forces de l'ordre et des individus qui avaient occupé en toute illégalité la mairie, ont fait un mort et 7 blessés. Conscients qu’un Etat de droit est gage de tout développement, les partis politiques ont condamné à l’unanimité ces violences. «L'URD condamne cette situation, présente ses condoléances à la famille du défunt et souhaite prompt rétablissement aux blessés. L'URD déplore également l'occupation du consulat du Mali à Paris. L'URD invite toutes les parties au calme, à la retenue et au respect strict des lois de la République. L'URD demande au gouvernement de prendre toutes les dispositions urgentes pour faire la lumière sur cette affaire et éviter que de tels dérapages ne se reproduisent», a déclaré l’Union pour la République et la démocratie, dans un communiqué. Le Parti pour la renaissance nationale est remonté contre l’attitude des forces de l’ordre. «Le vendredi 15 décembre 2017, un détachement des forces de sécurité a tiré à balles réelles sur des manifestants devant la mairie de Kersigané-Diafounou faisant une dizaine de blessés graves, évacués vers l’hôpital de Kayes. Le 17 décembre, Abdoulaye Minan Coulibaly, 61 ans, a succombé à ses blessures. Le PARENA condamne cette répression brutale, aveugle et totalement disproportionnée. Il exprime ses condoléances à la famille éplorée du défunt, aux populations du Konsiga et de tout le cercle de Yélimané. Il exprime sa sympathie aux blessés et leur souhaite prompt rétablissement…». Le Parena, tout en encourageant les efforts d’apaisement en cours, invite le président de la République et le gouvernement à diligenter une enquête indépendante pour faire toute la lumière sur la fusillade et situer toutes les responsabilités. Selon le parti du bélier blanc, les autorités doivent s’engager à rendre publics les résultats de l’enquête et sanctionner les responsables. «Puisque le droit de manifester est un principe constitutionnel en République du Mali. Les forces de l’ordre républicaines ont le devoir de protéger les manifestants tout en assurant la sécurité des personnes et des biens par des voies et moyens appropriés en de telles circonstances. Le Parena veillera à ce que justice soit rendue aux victimes et que l’Etat apporte une solution durable à la crise actuelle», a indiqué dans un communiqué le Parena. À l’image de ces deux partis, beaucoup d’autres se sont fait entendre pour inviter le gouvernement à prendre des dispositions idoines. Zan Diarra Source : aBamako aBamako

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here