Attaques contre les Albinos: La Fondation Salif Kéita alerte

Les attaques contre les albinos refont surface. La Fondation Salif Kéita alerte la population albinos et la société contre le méfait. La présidente, Nanténè Kéita l’a dénoncé au cours d’une conférence de presse au siège de la Fondation, samedi 6 janvier 2018. En un an, la Fondation a recensé 3 attaques contre les albinos au Mali. Ce chiffre ne reflète pas la réalité des méfaits sur le territoire, mais constitue une raison suffisante pour alerter. « Aux albinos et leurs familles d’être vigilants et à la société de stopper les stigmates et de ne pas s’adonner à de mauvaises croyances à l’égard des albinos », tel est le message lancé par la présidente de la Fondation. Elle craint que plus d’albinos maliens ne soient victimes d’enlèvement mystérieux ou victimes de meurtre, comme dans beaucoup de pays africains. Les trois cas dont il a été question au cours de la conférence sont isolés et sont loin de refléter la triste réalité du poids de croyances qui voudraient que les cheveux, vêtements et parties du corps d’un albinos peuvent rendre riche et ou avoir le pouvoir. Le premier cas s’est déroulé aux alentours de Bamako, il y’ a une année de cela, où une mère a failli mourir pour protéger son enfant albinos de 2 ans. Victimes de coups de couteaux, le petit garçon a été enlevé en plein jour et jusque-là, il n’a pas été retrouvé. Le second cas, une fille de 5 ans du nom de Wassa Founè a été enlevée à Mpessoba dans le cercle de Koutiala, alors qu’elle revenait de chez un voisin avec son frère. Le troisième cas est une tentative d’enlèvement au cœur de Bamako. Bamoussa, un enfant albinos qui vendait de l’eau au bord du goudron a échappé par ruse à son ravisseur. La Fondation a été alertée par les parents de l’enfant qui a porté plainte contre le ravisseur. Le dossier est en cours d’instruction au tribunal de la Commune II. Il est porté par Me Nadia Myriam Biouelé. La présidente de la Fondation salue la justice malienne pour avoir pris en compte la gravité de la situation et fonde l’espoir qu’elle résolve le cas. Le ravisseur est actuellement en liberté conditionnel en attendant son jugement. Nanténè Kéita interpelle la population que « la vie ou la santé d’un albinos ne doit pas permettre le bonheur de quelqu’un d’autre. On est tous des êtres humains, une vie reste une vie », sensibilise-t-elle. Le reste de la journée a été mise à profit par la Fondation pour remettre à ses adhérents des crèmes solaires. La Fondation est à la cherche de partenariats fixes et d’un laboratoire afin de pouvoir fabriquer sur la place au Mali, les crèmes solaires dont ont besoin les albinos pour se protéger la peau des rayons ultra-violets (UV). L’unité de cette crème est vendue à plus de 25 000 F CFA et la Fondation reçoit de plus en plus de personnes et d’enfants albinos dont le taux de naissance est à la hausse. Les personnes albinos sont appelées à se couvrir la tête et le corps du coup de soleil pour une meilleure protection de leur santé. La Fondation Salif Kéita pour les albinos a été créée en 2006. Elle compte aujourd’hui plus de 1 000 adhérents. Aminata Traoré Source : aBamako aBamako

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here