Au Mali, un nouveau premier ministre confronté à de nombreux défis

Souvent pressenti mais jamais confirmé, Soumeylou Boubèye Maïga vient finalement d’être nommé, le 30 décembre 2017, au poste de premier ministre du Mali. Un aboutissement personnel pour ce politicien chevronné qui intervient à une période délicate pour son pays : l’agenda électoral est chargé alors que l’environnement sécuritaire se dégrade. Les thèmes abordés par le président malien, Ibrahim Boubacar Keïta (IBK), lors de sa présentation des vœux du Nouvel An énumèrent les difficultés que le nouveau chef du gouvernement devra affronter : lutte contre le terrorisme dans un environnement sécuritaire dégradé, respect d’un agenda électoral chargé avec une présidentielle et des législatives prévues pour l’été 2018, précédées, théoriquement, d’élections régionales et locales, application d’une loi d’entente nationale alors que la mise en œuvre de l’accord de paix de 2015 piétine. L’adresse présidentielle est intervenue quelques jours seulement après la démission surprise du cinquième premier ministre d’IBK, Abdoulaye Idrissa Maïga. Celui-ci, vice-président du parti au pouvoir (le Rassemblement pour le Mali ou RPM), serait « parti sur fond de crise avec le président », indique son entourage. Poids lourd Pour le remplacer, le chef de l’Etat a choisi un poids lourd de la politique malienne. Soumeylou Boubèye Maïga, 63 ans, secrétaire général de la présidence depuis 2016, est originaire de Gao. Cet ancien journaliste est décrit depuis plusieurs mois comme l’homme de la situation. Ses partisans mettent en avant ses connaissances des questions sécuritaires, militaires et géostratégiques, expérimentées lors de ses différents passages, au gré de ses nominations, à la tête de la sécurité d’Etat, de la diplomatie ou de la défense malienne. En savoir plus sur http://www.lemonde.fr/afrique/article/2018/01/08/au-mali-un-nouveau-prem... Source : Africatime Africatime

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here