Planning familial au Mali : Les femmes l’ont enfin compris !

Longtemps considéré comme un sujet tabou, surtout dans le milieu religieux, le planning familial a fini par séduire la femme malienne. Demoiselles ou femmes au foyer, elles font toutes recours à cette méthode désormais sollicitée et recommandée dans le domaine de la santé de la reproduction. ‘‘Au début c’était un peu difficile, mais aujourd’hui les femmes maliennes commencent à comprendre surtout avec les méthodes de longues durées ’’, nous explique Ouassa Yoroté sage-femme de son état et travaillant au compte de l’ONG PSI-Mali (Population service International), plus précisément dans le volet concernant la santé de la reproduction. Selon Ouassa Yoroté, il y a trois méthodes de planning familial : Les méthodes de courte durée, de longue durée et celle de durées permanentes. Les méthodes de courte durée, nous explique-t-elle, concernent les injectables, les comprimés et le préservatif. Les méthodes de longue durée, dit-elle, portent principalement les implants dont certains pour un délai maximum de 5 ans. Et les méthodes permanentes nécessitent l’intervention d’un gynécologue qui pourrait par exemple procéder à une ligature des trompes autrement appelée la ‘‘stérilisation féminine’’. Les maris aussi…et pas toutes les femmes ! Selon Ouassa Yoroté, il ya de ces époux qui accompagnent leurs épouses dans les centres de santé pour l’encourager à procéder à des méthodes de planning familial. Mais, dit-elle, il y a de ces femmes qui refusent les méthodes de planning familial. Ces femmes sont celles qui ont des polygamies et la raison par elles évoquée est parce que leurs coépouses sont en train de faire des enfants et elles se disent qu’elles ne doivent pas s’arrêter d’en faire, nous confie la sage femme Ouassa Yoroté : ‘‘C’est en ce moment que nous sensibilisons à comprendre que le planning familial n’est pas une question de concurrence en matière d’enfant, mais d’espacer les enfants pour une meilleure santé de la mère et de l’enfant’’, nous dit-elle. Djibril Samaké Source : aBamako aBamako

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here