Le parcours du drapeau de l’Azawad se terminera à la Maison blanche bientôt !

La présence des femmes de Kidal au Mémorial Modibo KEITA, venues pour parler de paix entre femmes, n’a pas laissé que des embrassades. Elle nous a permis de savoir jusqu’où ces femmes « azawadiennes » sont déterminées à faire flotter leurs drapeaux partout où besoin sera. Le drapeau dit de « l’Azawad » a été remarqué sous forme d’écharpe portée par les kidaloises. Cela n’a gêné personne, ni la Ministre Oumou TOURE, ni Madame la première dame du Mali, ni les autorités invitées à ces assises. Disons que le ridicule ne tue plus dans ce pays. Non contentes d’exhiber leur drapeau au Mémorial dédié au père de l’indépendance malienne, celui-là même qui a été le premier président de la République à mater la première rébellion des Ifoghas, elles se sont permises de porter le même drapeau à l’hémicycle qui est la représentation nationale. N’eût été l’intransigeance et le patriotisme du Président de l’Assemblée Nationale Issiaka SIDIBE qui les a refoulés hors de la représentation nationale, le drapeau dit de « l’Azawad » allait se retrouver dans son bureau. Pour rappel, l’Azawad n’a jamais été un territoire touareg. Il a toujours été un espace de nomadisme tout court. L’accepter autrement signifiera la capitulation du régime face à la pression de la coordination des Mouvements de l’Azawad (CMA). Nous sommes convaincus que l’exhibition du dit drapeau de la fantomatique république de l’Azawad qui rappelle les contes des mille et une nuit procède de l’instrumentalisation de la notion d’Azawad. Sans renoncer à leur projet d’indépendance, la CMA continue de plus bel à faire voyager son torchon. Actuellement, il se trouve aux Etats-Unis au Conseil de l’atlantique pour expliquer leur situation de « peuples opprimés » selon eux. Dans le cadre du séjour qu’ils effectuent aux Etats Unis à l’invitation de l’ONG « Independent Diplomate » des responsables de la CMA ont eu des entretiens avec des responsables du Centre Afrique du Conseil de l’atlantique. Il s’agissait d’une tribune offerte au Secrétaire Général du MNLA, Bilal Ag Acherif et ses accompagnateurs pour exposer leur point de vue sur le processus de paix au Mali. L’occasion a également été mise à profit par les responsables de l’ex-rébellion pour échanger avec les diplomates du statut des mouvements de la CMA, du rôle de l’Etat et des autres acteurs de la sécurité dans le Sahel. Un certain nombre d’anciens et de responsables gouvernementaux américains et non américains, de chefs d’entreprises et de représentants de la société civile étaient également présents et ont participé à la table ronde. Il convient de préciser que depuis le dimanche 7 janvier dernier, ces responsables de l’ex-rébellion sont aux Etats Unis sur invitation du cabinet « Independent Diplomate », spécialisé dans le Conseil aux Etats non reconnus ainsi qu’aux mouvements d’opposition. Cette visite des leaders de la CMA vise à porter leur voix au sein du Conseil de sécurité de l’ONU. Cette organisation a également préparé le terrain pour que ces acteurs soient reçus par des diplomates, des avocats, des hommes d’affaires et bien d’autres personnalités du monde occidental. Et dire que du côté des Nations Unies, on refuse d’endosser d’être l’initiateur de ce voyage. Les Nations Unies disent clairement que ledit voyage n’est nullement sous l’égide d’elles. A ce rythme, le drapeau se retrouvera un jour dans la maison ovale nez à nez avec le Président « idiot »de Donald TRUMP, à l’image de sa décision unilatérale de transférer son ambassade à Jérusalem, de la même manière, il pourra être amené à transférer son ambassade à Kidal. Le jour où le drapeau AZAWADIEN pénétrera à la Maison Blanche, I.B.K doit démissionner, sinon le peuple le délogera de Koulouba. Pourquoi alors la CMA va-t-elle s’arrêter en si bon chemin, lorsque ces dirigeants sont reçus royalement à Koulouba pour dîner et à la fin des valises bourrées d’argent du contribuable malien sont offertes aux hôtes du jour ? Que dire lorsque les autorités maliennes s’offusquent du fait que le Président du Haut Conseil pour l’Unité de l’Azawad (une filiale d’AQMI, créée par Iyad Ag Agaly) n’avait pas pu faire le déplacement à New-York en septembre 2017 lors de l’Assemblée annuelle des Nations Unies. Pourquoi donc maintenant les autorités maliennes notamment le Président I.B.K dénonce cette présence des dirigeants de la CMA à New-York pour des concertations avec une organisation non gouvernementale (ONG) américaine et qualifie cette présence de la CMA à New –York comme une diplomatie parallèle. C’est lui-même qui dès le départ a mis les rebelles sur le même pied d’’égalité que la République. A qui la faute ? Badou S. KOBA Source : aBamako aBamako

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here