Région de Mopti : les forces onusiennes déjouent une attaque terroriste.

Les Casques bleus du contingent Sénégalais de la Force de réaction rapide ont déjoué ce samedi une attaque à l’engin explosif improvisé (IED). L’opération a eu lieu hier dans les environs de Boni, région de Mopti lors d’une patrouille organisée par la Minusma. C’est dans un communiqué que la Mission de l’ONU au Mali a indiqué avoir déjoué samedi dernier une attaque à « l’engin explosif improvisé » à Boni, dans la région de Mopti, lors d’une patrouille. L’engin, selon la mission Onusienne, a été déclenché par des individus armés, qui ont également ouvert le feu. La patrouille des Casques bleus a répondu vigoureusement conformément à son mandat et mis les assaillants en fuite. Selon le communiqué, aucun casque bleu n’a été blessé au cours de l’incident. Au cours d’un Point de presse jeudi 11 janvier, le Commandant de la Force de la Minusma, le général de division, Jean-Paul Deconinck avait souligné que la menace des explosifs improvisés constituait un des défis majeurs pour les Casques bleus et leurs partenaires, ainsi qu’une menace directe ou indirecte pour la population. La Minusma, selon le général Jean-Paul Deconinck, reste déterminée à faire respecter la mise en œuvre de l’accord pour la paix et la réconciliation d’Alger. Cette action terroriste confirme la recrudescence de l’insécurité dans cette zone du centre du Mali où l’absence de l’État dans certaines localités facilite l'installation du banditisme et favorise l’enrôlement des jeunes dans les groupes jihadistes. Dans son dernier rapport trimestriel sur le Mali, le secrétaire général de l’ONU, Antonio Guterres, indique que le centre du pays concentre plus d’attaques que l’ensemble des régions du nord, occupées entre 2012 et 2013 par de nombreux groupes jihadistes. Au même moment, l'Association des scolaires et universitaires de Toguérécoumbé dans le cercle de Tenenkou a, au cours d’une conférence organisée hier à Bamako, dénoncé l’absence de l'administration dans le cercle de Tenenkou. Selon les responsables du regroupement, les autorités doivent tout mettre en œuvre pour rétablir la sécurité et ramener les services publics dans le cercle. Demba Coulibaly, parrain de l'Association des Scolaires et Universitaires de Toguérécoumbé : Les jeunes se mobilisent encore au sud à Macina dans la région de Ségou pour empêcher les groupes jihadistes d'utiliser les fractures sociales pour s'installer dans la zone. Ils se sont réunis hier pour promouvoir la paix et la cohésion sociale entre les différentes communautés afin de dissiper le sentiment de haine et de méfiance. Hadi Bah, initiateur de la rencontre des jeunes éleveurs et agriculteurs: Source : aBamako aBamako

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here