Première édition de la JMCA à Bamako : N’Diaye Ramatoulaye Diallo gagne son pari

38
Bamako a abrité du 23 au 24 janvier, la première édition de la Journée Mondiale de la Culture Africaine et Afro-descendante (JMCA). Cette rencontre culturelle organisée par le ministère de la Culture s’inscrit principalement dans le cadre de la promotion de la Charte de la Renaissance Culturelle Africaine auprès de nos Etats et de son appropriation pleine et entière par les populations africaines et afro-descendantes. Afin de rendre hommage aux pays qui ont ratifié la Charte de la Renaissance culturelle Africaine et encourager les autres pays à le faire, le Comité international pour la mobilisation de la JMCA a sollicité et obtenu du gouvernement du Mali, premier pays à avoir ratifié cette Charte, l’organisation de la première édition de la journée mondiale de la culture africaine et afro-descendante (JMCA). Les travaux se sont déroulés sous la présidence du ministre de la Culture. Cette célébration de la culture africaine à Bamako a permis de fédérer les forces et les énergies autour de la Charte de la Renaissance Culturelle Africaine, en vue de faire des arts et de la culture un facteur véritable de développement économique et social du continent africain. Cette première édition de la JMCA s’inscrit principalement dans le cadre de la promotion de la Charte de la Renaissance Culturelle Africaine auprès de nos Etats et de son appropriation pleine et entière par les populations africaines et afro-descendantes. Dans l’optique de sa pérennisation, la JMCA devra contribuer à faire rayonner la culture africaine à travers le continent et à l’international. Il s’agit de faire la promotion de sa richesse, de sa créativité et de son apport aux autres cultures. De même, cette manifestation permettra d’accompagner et de valoriser les promoteurs et entrepreneurs culturels d’Afrique et de sa diaspora en soutenant les initiatives de divers talents. Plusieurs thématiques ont été débattues par les différents participants. Il s’agit notamment de la préservation et promotion des identités culturelles africaines comme support du dialogue entre les peuples et l’édification du panafricanisme, de la créativité et le développement culturel et économique de l’Afrique, du panafricanisme et Afro-descendance. Au sortir de la rencontre des recommandations ont été faites par les acteurs. Parmi lesquelles les participants, venus de divers horizons, se sont engagés à inciter le plus grand nombre de pays à la ratification de la Charte de la Renaissance culturelle africaine, d’une part et à obtenir l’institutionnalisation de la JMCA, d’autre part. Wassolo Source : aBamako aBamako

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here