Mali : Mettre les nouvelles technologies au service de l’éducation

27
Depuis déjà quelques années, nous assistons à une explosion technologique qui n’épargne aucune contrée si éloignée ou si pauvre qu’elle soit. Ce phénomène, s’il est bien saisi, est plein de promesses dans le cadre du développement de plusieurs secteurs parmi lesquels l’éducation. Les Nouvelles Technologies de l’Information et de la Communication (NTIC) doivent être mises au service de l’éducation afin d’adapter ce secteur à l’évolution du monde. Ces technologies de dernière génération constituent des fruits de ce développement scientifique et technique auquel le monde reste confronté dans ces dernières années. Ces outils offrent de larges potentialités surtout quand ils sont adaptés au domaine de l’éducation. Ces nouvelles technologies permettent l’internationalisation des systèmes éducatifs du monde. Mettre les nouvelles technologies au service de l’éducation peut être un moyen de combler beaucoup de déficits auquel le système éducatif reste confronté au Mali. Des problèmes comme le manque d’enseignants, de documentation, de salles de classe, etc. ; peuvent trouver leur solution. En effet, la prolifération des technologies numériques offrant de nouveaux moyens de communication comme le téléphone, l’ordinateur, la télévision, etc., à travers son canal, l’internet, sont de véritables joyaux d’apprentissage, de culture s’elles sont rationnellement utilisées. Le e-learning ou cyberapprentissageoffre de véritables formations qualifiantes via l’internet à moindre coût. Utiliser rationnellement ces technologies, c’est les utiliser comme outils d’apprentissage en faisant recours aux cours à distance, à l’installation des projecteurs dans chaque salle de classe, à la formation des enseignants et des apprenants à la prise en main de ces nouveaux outils, preuves du développement scientifique et technique. L’évolution actuelle du monde exige à chaque pays de mettre les nouvelles technologies au service de l’enseignement afin de pallier les déficits qui minent ce secteur, dont le manque de salle de classe combiné au manque de personnels enseignants. Il y va de l’intérêt du Mali de se servir de ces technologies comme outils d’apprentissage puisqu’elles retiennent déjà tout l’intérêt des apprenants. Fousseni TOGOLA, journaliste-blogueur à Doniblog

Commentaires via Facebook :

Source : Maliweb Maliweb

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here