Abattoir frigorifique de Sabalibougou: le satisfécit du ministre de l’Élevage

42
La ministre de l’Elevage et de la pêche, KANE Rokia MAGUIRAGA, a visité, le lundi 29 janvier, l’abattoir frigorifique de Sabalibougou. Objectif: s’enquérir des améliorations apportées, s’assurer des conditions d’hygiène et s’imprégner des difficultés. A l’issue de la visite, la ministre s’est dit satisfaite au regard de l’état appréciable de l’abattoir, conformément à la volonté des plus hautes autorités qui est de donner de la viande saine à la population. La visite guidée des lieux était conduite par le directeur de l’abattoir, Mamadou Mouctar SOW, en présence de certains responsables du département et des services rattachés. Cette visite à l’abattoir frigorifique de Sabalibougou s’inscrit dans le cadre du suivi des actions que le département de l’Elevage et de la pêche a entrepris sur le terrain à travers ses services. Selon la ministre de l’Elevage et de la pêche, l’abattoir de Sabalibougou, construit en 2003, a comme objectif de réduire les abattages clandestins autour du District de Bamako. Aussi, a-t-elle soutenue, cet abattoir constitue une solution contre la prolifération des aires d’abattage impropres qui approvisionnaient la capitale en viande dans des conditions d’hygiène non acceptables. C’est pourquoi depuis son ouverture, a indiqué Mme le ministre, des efforts sont en cours pour que cet abattoir continue d’approvisionner le District de Bamako en viande de bonne qualité. La délégation ministérielle a fait le tour des installations de l’abattoir pour constater de visu les innovations apportées et toucher du doigt les difficultés. Après avoir largement échangé avec les responsables de l’abattoir, Mme le ministre a exprimé un sentiment de satisfaction. «L’abattoir fonctionne conformément à la vision du président de la République, Ibrahim Boubacar KEITA, qui place les secteurs de l’agriculture, de l’élevage et de la pêche comme les piliers essentiels de l’économie de notre pays», dira la ministre. Par ailleurs, elle a rappelé que le département de l’Elevage et de la pêche est dans la dynamique de booster la production animale pour donner de la viande saine à la population et contribuer ainsi à la sécurité alimentaire et nutritionnelle pour le bien-être des Maliens. «Dans le Programme présidentiel d’urgences sociales, les abattoirs occupent une bonne place. Il s’agit d’innover tous les abattoirs du pays et procéder à la construction d’autres abattoirs à Bamako et à Ségou. Ce qui permettra à notre pays d’exporter la viande au lieu d’exporter les animaux sur pied », a révélé KANE Rokia MAGUIRAGA. Elle a saisi l’occasion pour rappeler qu’il y a quelque année l’abattoir frigorifique de Sabalibougou était géré par un privé. Actuellement, précise-t-elle, il se trouve entre les mains de l’Etat avec à sa tête un Administrateur provisoire qui supervise les actions. En vue d’assurer l’hygiène de la viande, Mme le ministre s’est félicitée de la dotation de l’abattoir d’un service vétérinaire qui s’occupe de l’inspection. Elle n’a pas manqué de rassurer les responsables de l’abattoir de l’accompagnement de son département et du gouvernement conformément à la volonté du Président IBK, qui est de faire du Mali un pays exportateur de viande. Mme le ministre a vivement apprécié les investissements en cours. Toute chose, est-elle convaincue, permettra à l’abattoir frigorifique de Sabalibougou de répondre aux attentes des pouvoirs publics et satisfaire la population avec la production de viande de qualité dans les conditions sanitaires requises ; contribuant à l’essor de l’économie nationale. Quant au directeur, il a souligné que l’abattoir a enregistré des nets progrès suite à un appui du fonds monétaire Ouest africain à hauteur de 300 millions de FCFA pour sa rénovation. Aussi, ajoute-t-il, son unité d’abattage a été dotée de deux forages à travers un appui de la Coopération Suisse. Se prononçant sur les préoccupations, le directeur Mamadou Mouctar SOW a évoqué entre autres l’état dégradé de la route qui mène à l’abattoir et le problème de clôture. PAR MODIBO KONE Source : aBamako aBamako

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here