Présidentielle au Mali : course contre la montre pour relever les défis

À l'approche de la présidentielle prévue le 29 juillet, le gouvernement dispose de cinq mois pour organiser des élections crédibles sur ce vaste territoire, dont certaines zones maîtrisées par des groupes jihadistes échappent au contrôle de l’État. Sécurité, logistique, financement, réclamations de l’opposition… Les défis à relever sont nombreux. Tout Bamako bruissait de rumeurs ces derniers mois. Certains redoutaient un report de la présidentielle. D’autres évoquaient la mise sur pied d’un gouvernement d’union nationale, voire d’un régime de transition. Face à la multiplication des attaques, de Mopti à Kidal en passant par Tombouctou, beaucoup de Maliens s’interrogeaient : pourront-ils se rendre aux urnes, en juillet prochain, pour élire leur président ? Réponse leur a été donnée à la mi-février par Soumeylou Boubèye Maïga. Lors d’une tournée dans le centre du pays, le Premier ministre – et fidèle lieutenant du président Ibrahim Boubacar Keïta (IBK) – a annoncé que le premier tour se tiendrait bien le dimanche 29 juillet, comme prévu. IBK, candidat à un second mandat ? Source : aBamako aBamako

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here