Le Premier ministre malien se félicite du partenariat entre le Maroc et le Mali en matière de formation des Imams

Le Premier ministre malien, Soumyelou Boubeye Maïga, s'est félicité, vendredi à Rabat, du partenariat existant entre le Maroc et le Mali en matière de formation des Imams, à travers la consolidation de la coopération et l'échange d'expériences pour relever les défis communs. Lors de sa visite à l’Institut Mohammed VI pour la formation des Imams Morchidines et Morchidate, M. Maïga a réitéré ses remerciements au Royaume du Maroc qui "dispense une formation de qualité au profit de 500 Imams maliens sur plusieurs années, basée sur la diffusion des valeurs de l'Islam modéré et du juste-milieu". Après avoir mis en avant les liens culturels et religieux entre les deux pays, M. Maïga a rappelé que le Royaume demeure la première destination pour la formation des Imams maliens dans le cadre de la lutte contre l'extrémisme, tout en insistant sur la nécessité de renforcer davantage la coopération et l’échange des expériences, et ce pour faire face aux menaces qui pèsent sur les fondements des sociétés et des États. L’Institut Mohammed VI, qui assure une formation de qualité aux Imams maliens, leur inculque les outils nécessaires permettant de contribuer au rayonnement de la pensée islamique, selon une dynamique et une méthodologie basée sur la sagesse et la coexistence, a-t-il dit, mettant l’accent sur la nécessité d’accorder une importance particulière à la cohésion sociale pour mettre fin à certaines dérives qui sont contraires aux valeurs de la République du Mali. Dans la même lignée, il a mis en avant la nécessité de poursuivre l’action dans ce domaine pour mieux élucider les préceptes de l’Islam modéré par des érudits religieux, afin d’assurer les conditions idoines pour une gestion optimale du champ religieux. De son côté, le ministre des Habous et des Affaires islamiques, Ahmed Taoufiq, a salué l’initiative de la délégation malienne et sa volonté de découvrir le modèle marocain qui prône les valeurs de l'Islam modéré et du juste-milieu, soulignant que la question religieuse est "une affaire commune qui doit être gérée au niveau national loin des divergences politiques". M. Taoufiq a, dans ce sens, noté que la formation des Imams s’assigne pour objectifs la préservation de la religion, mettant en avant le rôle des Imams dans la diffusion des préceptes de l'Islam et de ses nobles vertus. Le Mali a été le premier pays qui a eu l’approbation de SM le Roi Mohammed VI pour la formation des Imams, suivi d'autres pays qui ont exprimé leur volonté de bénéficier de la formation dispensée au sein de cet institut pionnier, a-t-il rappelé. Cette coopération en matière religieuse entre le Maroc et le Mali trouve son explication dans les relations séculaires unissant les deux pays, a-t-il relevé, faisant savoir que ces liens se renforcent encore davantage au fil du temps. De son côté, le représentant du ministère des affaires religieuses du Mali, Coulibaly Mamoudou Issa, a mis en avant, dans une déclaration à la presse, le rôle de premier plan que joue SM le Roi dans la gestion du champ religieux, se félicitant de l’attachement du peuple marocain à un Islam tolérant et du juste milieu, basé sur des constantes religieuses spécifiques et immuables. M. Issa a également noté que les Imams poursuivent des études de haut niveau dans plusieurs matières relatives à l'enseignement religieux, dont l’histoire de l'Islam, la psalmodie, les sciences du Saint Coran, ainsi que les sciences humaines. (MAP) Source : aBamako aBamako

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here