Hadj 2018 : Le ministre Diallo s’enquiert des disposition pratiques sur le site

Le ministre des Affaires religieuses et du Culte, Thierno Oumar Hass Diallo, a visité, hier, la Maison du hadj sise au Centre islamique d’Hamdallaye. C’ était pour se rendre compte de l’effectivité de l’ouverture de la campagne du Hadj 2018. A cette occasion, le ministre Diallo était accompagné des membres de son cabinet et du directeur de ladite structure, le Dr Hamza Maïga. Le constat est que tous les box représentant les différentes étapes de l’inscription du candidat sont fonctionnels. Le guichet unique, l’administration de la police pour les passeports, les stands de certaines agences de voyage sont aussi opérationnels, toute chose que le ministre n’a pas manqué d’apprécier à sa juste valeur. Les autres étapes sont également fonctionnelles, notamment la visite médicale que sont le laboratoire, la radiographie du thorax, l’ECG, les salles de visite corporelle pour homme et pour femme et même les salles d’hébergement pour les pèlerins qui le souhaitent. Cette année, la campagne du hadj s’étalera du 19 mars au 13 juillet prochain. Les premiers départs pour l’Arabie Saoudite devront avoir lieu vers la mi-août. A la fin de sa visite, le ministre des Affaires religieuses et du Culte s’est adressé à la presse en expliquant que cette rencontre fait suite à une instruction personnelle du président de la République, El Hadj Ibrahim Boubacar Kéïta, qui veut que le pèlerinage se tienne dans les meilleures conditions depuis la phase préparatoire. «Nous nous évertuons à cela depuis 4 ou 5 ans malgré quelques difficultés», dira-t-il. «Le chef de l’Etat veut également que cette activité sorte de la routine, cela ne sert à rien d’attendre la dernière minute pour s’agiter. Il faut que les gens s’habituent à s’inscrire tranquillement et à temps. Notre partenaire qui est l’Arabie Saoudite est déjà dans l’ère du numérique. Tout se fait à temps et dans un délai bien connu à l’avance, ce qui s’impose également à nous», a souligné le chef du département. La particularité du hadj de cette année est cette belle atmosphère et surtout la participation des agences privées qui ont commencé à comprendre que le département en charge des Affaires religieuses ne joue que le rôle d’aiguilleur afin de donner une certaine directive, car c’est bien le pèlerinage des Maliens. La formation pour le pèlerinage de cette année sera décentralisée avec des centres prévus dans certaines Régions. «Quant à l’encadrement, je formule les vœux qu’il y ait moins de problèmes cette année, car des dispositions sont prises dans ce sens. Mais souvent sur le terrain, cela devient plus compliqué. Ce qui est sûr cette année, il n’y aura pas de tolérance pour les membres de l’encadrement qui failliront à leur travail», a averti le ministre Diallo. Pour le pèlerinage 2018, le quota alloué à notre pays est d’un peu plus de 13.000 places. Quant au coût, la filière gouvernementale fixe le montant à 2.363.615 Fcfa. Youssouf DOUMBIA Source : aBamako aBamako

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here