M. Oumar Konaté, directeur de services urbains de voirie et d’assainissement sur l’insalubrité actuelle à Bamako : « La Mairie du district a déjà pris des dispositions pour évacuer les ordures »

Depuis quelques temps, les ordures s’accumulent un peu partout dans la capitale malienne. Les voies et les places publiques ne sont plus balayées, et plusieurs dépôts de transit sensibles ont débordé. Cela, parce qu’une partie des agents de propreté de la Société Ozone Mali ont arrêté de travailler la semaine dernière pour non paiement de leurs salaires du mois de février. En effet, selon M. Konaté, depuis un certain temps, la ville de Bamako est confrontée à l’accumulation des déchets au niveau des dépôts de transit, nettoiement des voies et des places publiques, fournissant un visage désagréable à la capitale. Pourquoi ? Aux dires du directeur de services de voirie et d’assainissement, une banque de la place n’aurait toujours pas procédé au paiement des salaires du mois de février à certains agents d’Ozone. Et, par solidarité, les autres ont décidé de soutenir leurs collègues pour observer ensemble une grève la semaine dernière après une première observée les 05, 06 et 07 mars dernier. « Cet arrêt des opérations d’évacuation des ordures de la ville, a provoqué un débordement de certains dépôts sensibles, dont celui du Dabanani et Lafiabougou », a expliqué M. Konaté, pour qui, l’objet de cet arrêt des travailleurs est légal en droit de travail. Le directeur de services urbains de voirie et d’assainissement a toutefois assuré que la mairie du district de Bamako a déjà pris des dispositions pour procéder à l’évacuation et à l’enlèvement de ces ordures dans un meilleur délai en attendant qu’un accord soit trouvé entre OZONE et ses agents. Pour ce faire, la mairie a recruté des prestataires de service qui interviendront durant le temps que va durer la grève. « Au niveau du dépôt de transit du Dabanani qui reçoit les ordures du centre commercial et les quartiers de Niarela, Bozola et Bagadadji, la totalité des ordures est presque évacuée », a-t-il assuré. Pour ce qui est du dépôt de Lafiabougou (il reçoit quotidiennement 250 à 300 m3 et évacué par des bennes à ordures ménagères de grosse capacité de la Société Ozone Mali), selon M. Konaté, à ce niveau aussi, des dispositions sont prises pour résoudre le problème. Cependant, signale M. Konaté, nous devons changer de comportement dans le sens de la propreté de notre environnement et de l’amélioration de notre cadre de vie. Il faut aussi, respecter les ouvrages et infrastructures urbains, accompagner les autorités dans leurs efforts d’aménagement de la ville pour notre bien-être et contribuer au développement en payant nos taxes, impôts et redevances. Il a par ailleurs invité les commerçants du Dabanani à libérer la voie en acceptant les sites de recasement proposés pour la durée des travaux de reconstruction du marché Rose et des Halles aux légumes. Djibril Kayentao Source : aBamako aBamako

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here