Office de Développement Rural de Sélingue (ODRS) : 71 287 tonnes de céréales attendues

L’Office de Développement Rural de Sélingue (ODRS) a tenu hier dans ses locaux à Sélingue, sa 23ème session ordinaire du conseil d’administration, sous la présidence du ministre de l’agriculture, Dr Nango Dembélé. L’ordre du jour de la rencontre portait essentiellement sur l’examen et l’adoption du rapport bilan des activités de la campagne agricole 2017-2018, l’état d’exécution de son budget et le projet de programme d’activités 2018 et son budget. En effet, le programme d’activités 2018-2019 de l’Office de Développement Rural de Sélingue prévoit la production de 71 287 tonnes de céréales soit une augmentation de 33,46% par rapport à la campagne agricole 2017-2018. Selon le Président du conseil d’administration de l’ODRS, Dr Nango Dembélé, cette augmentation de la production sera soutenue en grand partie par l’intensification de la culture du maïs, l’organisation des acteurs de la filière maïs, la subvention des intrants agricoles et l’amélioration de l’irrigation du périmètre de Maninkoura par l’acquisition de nouvelles motopompes. En plus, le ministre de l’agriculture a rappelé que la campagne agricole 2017-2018 de l’ODRS s’est déroulée dans un contexte socio-économique globalement favorable, la situation pluviométrique caractérisée par un bon début. Mais, il a aussi signalé l’insuffisance de la main d’œuvre agricole à cause des activités d’orpaillage, avec ses conséquences sur le coût des prestations agricoles, les difficultés d’irrigation dans les périmètre de Sélingué et de Maninkoura liées à la vétusté des réseaux d’irrigation et aux pannes des électro-pompes des secteurs 2 et 4 du périmètre irrigué de Maninkoura. Mais, en dépit de ces difficultés, les emblavures céréalières sont passées de 24 646 ha à 25 345 ha, soit un taux d’accroissement de 2,84%. Quant aux productions céréalières, les réalisations sont passées de 54 618 tonnes à 53 413 tonnes, soit une diminution de 2,21%. La production rizicole est évaluée à 19 308 tonnes contre 19 875 tonnes, soit une réduction de 2,85%. Au plan de la pêche et de la pisciculture, la production annuelle a atteint 2 483 tonnes contre 2 156 tonnes en 2016, soit une augmentation de 15,16%. « La baisse des productions céréalières est l’arrêt précoce des pluies, les pannes des pompes pour l’irrigation à Maninkoura, la défectuosité des réseaux entraînant ainsi des pertes de superficies, soit par sécheresse ou par inondation ». A-t-il expliqué. Cependant, dit-t-il, efforts ont été déployés pour l’entretien du réseau d’irrigation primaire et secondaire et des réseaux de drainage. Au niveau du département de l’agriculture d’important chantiers de développement sont ouverts dont le but est de conduire le Mali à une agriculture moderne, compétitive, créatrice d’emplois et de richesses. Parmi les initiatives en cours, Dr Nango Dembélé a cité la mécanisation de l’agriculture, la promotion des filières Agricoles, l’enregistrement des exploitations familiales Agricoles, l’opérationnalisation du Fonds National d’Appui à l’Agriculture et la création de nouveaux villages agricoles, entre autres. Adama DAO

Commentaires via Facebook :

Source : Maliweb Maliweb

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here