Le Premier ministre à Kidal : Début d’une nouvelle ère de confiance

69
Soumeylou Boubèye Maïga a annoncé la mise à disposition de 200 millions de FCFA aux commerçants détaillants et promis la réhabilitation de l’IFM d’Aguelhok, la construction d’une école professionnelle à Kidal. Des fonds seront également alloués pour la réhabilitation des centres de santé et l’adduction d’eau potable. Les Kidalois ont certifié, le vendredi dernier, leur pleine et entière adhésion au processus de paix, en accueillant «chez eux» et avec tous les honneurs, le Premier ministre Soumeylou Boubèye Maïga. En provenance de Tessalit, première étape de ce périple dans le nord du Mali, l’hélicoptère transportant le chef du gouvernement s’est posé, dans la matinée, sur l’héliport de la MINUSMA à Kidal. Huit ministres, le gouverneur de la Région, Sidi Mohamed Ag Ichrach, ainsi que plusieurs personnalités étaient également du voyage. Dans la capitale de l’Adrar des Iforas, Soumeylou Boubèye Maïga a porté le message de paix du président de la République, recensé les besoins des populations et annoncé plusieurs actions d’envergure. Accueillis par les autorités locales et des responsables de groupes armés, le PM et sa délégation ont été immédiatement conduits au domicile de l’Amenokal Mohamed Ag Intalla. Le puissant chef coutumier, entouré d’autres notables et autorités locales, a reçu avec enthousiasme le chef du gouvernement. Ensuite, Soumeylou Boubèye Maïga se rendra à la salle de conférence du siège des autorités intérimaires où il a rencontré les forces vives de la région. Au cours des échanges, tous les intervenants ont souligné la nécessité d’accélérer la mise en œuvre de l’Accord pour la paix et la réconciliation, issu du processus d’Alger. «C’est une priorité pour la Coordination des mouvements de l’Azwad», a déclaré Mohamed Assaleh Isahk, au nom de ce mouvement. Il s’est dit confiant en la capacité de Soumeylou Boubèye Maïga à faire face aux nombreux défis de l’heure, dont l’application intégrale des dispositions de l’Accord d’Alger. La CMA, a-t-il rassuré, respectera ses engagements, car «cet Accord reste le seul cadre de référence consensuel pouvant apporter à la fois la stabilité et le développement». Mohamed Assaleh Isahk a souhaité que cette visite soit «l’élément déclencheur d’une nouvelle ère de confiance entre les habitants de Kidal et l’Etat». L’opportunité a été saisie par la jeunesse de Kidal pour soumettre une pile de doléances au chef du gouvernement. Le porte-parole des jeunes, Cheick Aly, a demandé la formation de 4.000 personnes dans les domaines de l’élevage, de l’embouche, du maraîchage ; le recrutement à la fonction publique de 50 jeunes et la prise en charge par l’Etat de 200 volontaires dans les domaines de l’enseignement et de la santé. Il a aussi demandé la réhabilitation du camp des jeunes, des infrastructures sportives et de la salle de spectacle de Kidal ; la construction et l’équipement d’une Maison de jeunes dans chaque cercle de la région ; la création d’un centre de formation professionnelle… A sa suite, les représentants des commerçants détaillants, des entrepreneurs et de la société civile ont aussi émis des doléances. Les commerçants ont sollicité, notamment un appui financier de l’Etat pour la relance de leurs activités et la réhabilitation du bâtiment qui leur sert de siège. Les entrepreneurs locaux ont, eux, souhaité à être davantage associés à la reconstruction de la région, à travers l’octroi de marchés de construction ou de réhabilitation d’infrastructures. Quant à la société civile, elle a réclamé un meilleur accès aux services sociaux de base. Des préoccupations partagées par l’Etat qui essaye, tant bien que mal, de répondre aux aspirations de tous les Maliens. D’où ces visites de terrain du Premier ministre qui entend ainsi mieux cerner les difficultés auxquelles font face les populations. S’adressant aux Kidalois, Soumeylou Boubèye Maïga a déclaré: «notre présence ici prouve que l’Etat a la volonté d’être présent dans toutes les Régions du Mali et être au service de tous les citoyens». Cette démarche, a-t-il précisé, procède de la volonté du président de la République qui a instruit le gouvernement d’aller au plus près des citoyens, recenser leurs difficultés et prendre en charge leurs attentes. Pour le Premier ministre, l’accueil réservé à sa délégation est la preuve du besoin d’une plus grande présence de l’Etat à Kidal. «Un Etat qui créé les conditions pour que tous ses enfants aient accès à la santé, l’éducation, l’eau, l’emploi, la sécurité….», a-t-il développé. Ainsi, M. Maïga a promis la réhabilitation de l’Institut de Formation des Maîtres (IFM) d’Aguelhok, un don de 5 millions FCFA pour soutenir le comité de gestion de l’école de Kidal, ainsi que la construction d’une école professionnelle. Il a aussi assuré que des fonds seront alloués pour la réhabilitation des centres de santé et l’adduction d’eau potable. Par ailleurs, des formations axées sur les domaines indiqués par les jeunes eux-mêmes, débuteront dès le mois d’avril prochain. Leur camp sera également réhabilité. Quant aux commerçants détaillants, le Premier ministre a annoncé la mise à leur disposition de 200 millions de FCFA, dans le cadre d’un programme d’appui. Et les entrepreneurs locaux auront le monopole des marchés de réhabilitation de tous les bâtiments publics à Kidal. «A partir d’aujourd’hui, nous commencerons à consolider des relations de confiance qui vont nous permettre d’avancer dans la construction de la paix, de l’unité et la sécurité», a déclaré Soumeylou Boubèye Maïga. Il a assuré que le gouvernement est entièrement déterminé et mobilisé pour une application intégrale de toutes les dispositions de l’Accord de paix, avant d’inviter ses interlocuteurs à combattre les ennemis de la paix. Envoyé spécial Issa Dembélé Source : aBamako aBamako

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here