Primaires de l’Adema : Dioncounda pose problème

L’implosion annoncée à l’Adema PASJ n’attendra visiblement plus la tenue des primaires. Le mercredi 21 mars dernier, trois candidats, Kalfa Sanogo, Moustapha Dicko et Dramane Dembélé, ont décidé de suspendre leur participation aux primaires, quand ils ont découvert la présence d’un autre prétendant visant à saboter le processus, à savoir l’ancien président par intérim, Pr Dioncounda Traoré qui ne fait aucune ambigüité sur son refus d’affronter aux urnes le président sortant. Si les trois candidats n’ont pas informé l’opinion de la suite à donner à leur suspension au processus, certains observateurs redoutent leur démission du parti pour se présenter à la Présidentielle 2018. Une autre cassure en vue au sein de la ruche ? Quelles les chances des mécontents en dehors de l’Adema PASJ ? Notre analyse. Primaires ou pas au sein de la ruche, beaucoup d’observateurs de la scène politique malienne donnaient pour candidats à la présidentielle 2018 les candidats Kalfa Sanogo et Dramane Dembélé. Mais, la candidature de l’ancien président, Pr Dioncounda Traoré (jugé comme un soutien inconditionnel d’IBK), n’était pas tout à fait attendue. Suite à la création des mouvements comme la Coalition des partis politiques, des associations et des clubs de soutien à sa candidature dénommée « Kalfa 2018 » et du Mouvement pour la candidature de Dramane Dembélé, on peut dire que ces deux hommes politiques avaient tout planifié pour ne pas manquer le rendez-vous électoral du 29 juillet 2018. Ce qui fait dire déjà certains observateurs que l’Adema s’apprête à vivre le scénario de 2013 lorsque l’actuel Premier ministre, Soumeylou Boubèye Maïga, alors baron de la ruche, a démissionné du parti à moins de 15 jours après la désignation de l’un de ses concurrents, Dramane Dembélé, comme porte étendard du parti de l’Abeille pour l’élection présidentielle. En attendant le divorce officiel entre les trois candidats aux primaires de l’Adema, la question est de savoir si Kalfa Sanogo, Moustapha Dicko et Dramane Dembélé sont assez mûrs politiquement pour survivre en dehors de la ruche. Tour d’horizon ! Dramane Dembélé, ancien ministre Né le 8 avril 1967 à Ségou, le haut fait de Dramane Dembélé en matière reste sa participation à la présidentielle de 2013 comme porte étendard de l’Adema PASJ. Il termine 3ème de la course bien que son parti soit considéré comme étant le parti le plus organisé sur l’échiquier politique national. Membre du bureau de coordination de l’association des élèves et étudiants du Mali (AEEM), il rejoint l’Adema-PASJ (parti africain pour la solidarité et la justice), où il grimpe les échelons jusqu’à devenir, en 2008, secrétaire chargé des mines et de l’industrie dans le comité exécutif. Si l’ancien candidat du parti en 2013 a vite intégré le Comité exécutif national, il a toujours considéré comme étant quelqu’un qui aime brûler les étapes. Malgré tout, il reste le plus connu du trio qui a décidé de suspendre sa participation au processus de désignation de l’Adema dont le dépôt des candidatures a été clôturé, le mercredi 28 mars dernier. S’il est candidat à la présidentielle de 2018, l’ancien ministre de l’Urbanisme et de l’Habitat du régime IBK devra convaincre les Maliens sur ses capacités à pouvoir faire mieux que le président IBK dont il est aussi comptable du bilan de ces cinq dernières années. Sans compte qu’il a aussi appelé à voter IBK en 2013 avant toute décision du Comité exécutif de son parti en faisant croire que c’est l’avis des coordinations, tournant ainsi le dos au candidat du FDR, Soumaïla Cissé. Kalfa Sanogo, Maire de Sikasso et ex PDG de la CMDT Kalfa Sanogo est le premier candidat déclaré au processus de désignation du candidat de l’ADEMA à la course de la présidentielle 2018. Le Maire de Sikasso n’est connu du grand public qu’à la CMDT. Il traîne derrière lui la casserole de la sulfureuse affaire d’engrais frelatés en 2015. A l’époque, il s’était attiré la colère des cotonculteurs ne laissant autre choix au régime que de se débarrasser de lui. Les Maliens gardent encore de lui ce mauvais souvenir qui risque de lui être rappelée en cas de candidature à la présidentielle de 2018. Toutefois, il pourra compter sur un mouvement appelé ‘’la coalition des partis politiques, des associations et des clubs de soutien à sa candidature dénommée ” Kalfa 2018 ‘’ pour porter sa candidature. Mais, pourra-t-il mobiliser les Maliens au-delà des frontières du Kénédougou ? En tout cas, certains observateurs proches du parti affirment qu’il n’était même pas connu par tous les militants de la ruche. Moustapha Dicko, ancien ministre Dans le trio des mécontents de la candidature de Dioncounda Traoré, Moustapha Dicko est considéré comme étant celui capable de faire plus de débauchage en partant pour être très proche à la base du parti. Moustapha Dicko a aussi eu à occuper des portefeuilles de ministre de l’Education puis de ministre des Enseignements secondaires, supérieurs et de la Recherche scientifique sous Alpha Oumar Konaré. A l’Adema tout le monde connait Moustapha Dicko, sont unanimes les Adémistes car son quotidien est dédié aux activités du parti. Mais, le 4ème vice-président de l’Adema, contrairement à ses camarades Kalfa et Dramane, ne bénéficie officiellement d’aucun soutien en dehors de l’Adema. Et comme Dramane Dembélé, il est aussi comptable du bilan d’IBK. Youssouf Z KEITA

Commentaires via Facebook :

Source : Maliweb Maliweb

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here