Tombouctou : Le chef du gouvernement appelle l’armée à rester mobilisée

Après Gao, le Premier ministre est arrivé, samedi dernier, à Tombouctou. La Cité des 333 Saints, fidèle à sa légendaire hospitalité, a réservé un accueil à la hauteur de l’espoir qu’apportait Soumeylou Boubèye Maïga. Celui-ci a eu droit à un véritable bain de foule, de l’aéroport à la place de l’indépendance où l’attendaient les autorités administratives, les notables, les chefs religieux et coutumiers et des centaines de femmes et de jeunes. Tout comme dans les localités précédemment visitées, Soumeylou Boubèye Maïga était à Tombouctou pour apporter le message du président de la République. «Un message de paix, d’unité et de solidarité», a-t-il affirmé. Il a rappelé que notre pays fait face à des défis et que pour les relever, il faut nécessairement une conjugaison d’efforts des Maliens de tous les bords. Parmi ces défis figure l’extrémisme violent qui est entretenu par des hommes sans foi ni loi et qui, pour atteindre leur but, œuvrent à mettre les communautés dos à dos. Ainsi Soumeylou Boubèye Maïga s’est montré déterminé à enrayer la mécanique terroriste et instaurer la paix, un préalable à l’entreprise de toute action de développement. Le chef du gouvernement a également rassuré les populations que l’État fera tout pour accélérer l’application des dispositions de l’accord de paix, notamment l’opérationnalisation du Mécanisme opérationnel de coordination (MOC). Mieux, le gouvernement s’inscrit désormais dans une démarche participative afin qu’ensemble (autorités et citoyens) «nous trouvons des solutions consensuelles» aux problèmes qui assaillent le pays. Auparavant, le maire de la commune de Tombouctou avait exprimé au chef du gouvernement la forte aspiration des populations à la paix. En effet, les populations de la région font face à une insécurité résiduelle, avec son lot de braquages causant très souvent des morts d’homme. Une triste situation favorisée, notamment par le non cantonment des jeunes des groupes armés. S’y ajoutent l’insécurité alimentaire engendrée par le déficit pluviométrique qui a caractérisé la dernière campagne agricole et les difficultés d’accès à l’emploi. Après avoir rencontré la hiérarchie militaire à huis clos, le Premier ministre a posé la première pierre du chantier d’extension de l’infirmerie de la garnison. Le nouveau bâtiment qui sera construit, va considération augmenter les capacités d’accueil de cette infirmerie. Justifiant le bien-fondé de cette action, Soumeylou Boubèye Maïga a soutenu que les opérations militaires doivent être renforcées par une plus grande capacité d’appui aux populations. «En plus des actions militaires sur le terrain, on doit travailler à gagner les cœurs et les esprits des populations», a-t-il déclaré, précisant que l’extension de l’infirmerie bénéficiera non seulement aux familles des militaires mais aussi aux autres citoyens. Il a mis à la disposition de cette infirmerie un lot de médicaments et des matériels. Le coût global de la donation est estimé à plus de 40 millions de FCFA. Le chef du gouvernement a demandé aux forces armées de rester engagées sur l’ensemble des théâtres, avec force et honneur, «pour neutraliser les forces qui nous imposent la violence et qui tentent de détruire les fondements de nos société» que sont les liens de coexistence, de convivialité, de solidarité. Par ailleurs, Soumeylou Boubèye Maïga a réitéré l’engagement de l’Etat à continuer à apporter tout le concours nécessaire aux forces armées et de sécurité. I. D. Source : aBamako aBamako

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here