1ere session du conseil d’administration du CSDM: Que de prouesses réalisées en faveur des soldats de l’économie

Le Conseil Supérieur de la Diaspora Malienne (CSDM) a tenu le samedi 24 mars 2018, la première session ordinaire de son Conseil d’Administration. Pour l’occasion, une cinquantaine de participants, dont 41 présidents de base et quelques délégués ont fait le déplacement de Bamako. Le conseil a planché sur le rapport d’activités et financier et fait des recommandations pour la bonne marche de l’association. Ainsi, il ressort de la présentation du rapport de bilan, qu’en trois années d’existence, le CSDM a réalisé plusieurs activités pour la promotion des intérêts des Maliens établis à l’étranger, ces soldats de l’économie. Créé sous le récépissé N°022757/MAT/DGAT du 22 février 2016, le Conseil Supérieur de la Diaspora malienne a, au cours de ces premières années d’existence mené une lutte implacable contre les multiples problèmes qui assaillent les maliens vivant à l’étranger. Cela, à travers l’interpellation des plus hautes autorités pays à travers plusieurs conférences de presse. Ces interpellations ont essentiellement porté sur les expulsions arbitraires, la signature de l’accord de réadmission et l’accès et la détention des documents administratifs. S’agissant des expulsions de nos compatriotes dans des pays comme, entre autres, l’Algérie, le Libye, le Gabon, le Sénégal, Guinée Equatoriale, Angola, Cameroun, le CSDM pense qu’elles portent atteintes à la dignité, à la liberté et aux biens des personnes victimes. En ce qui concerne la signature de l’Accord de réadmission, le CSDM France, en compagnie d’autres organisations de la société civile ont occupé durant quelques jours le consulat du Mali à Paris, façon d’exprimer leur mécontentement aux autorités maliennes. Quant à l’accès aux documents administratifs comme les passeports, la carte NINA, les cartes consulaires et autres, il est connu de tous que c’est un parcours de combattant pour les Maliens établis à l’étranger pour en procurer. Pour remédier à cela, le CSDM n’a de cesse rappelé à l’Etat la nécessité de trouver des solutions à ces situations afin d’éviter de faire de nos compatriotes des apatrides. Aussi, le CSDM dénonce la détention de nos documents administratifs par des étrangers. En outre, le CSDM attire l’attention de l’opinion publique sur le silence inquiétant des gouvernements africains face aux agissements d’un de leurs membres de l’UA et signataire des conventions traitant de la gestion des droits de l’homme et de la migration. En plus, il y a eu la réalisation de plusieurs autres activités comme les rencontres d’échanges et de partenariat avec des ambassades et d’autres structures partenaires pour la promotion des droits des migrants. Aussi, le CSDM a participé activement à la Conférence d’entente nationale, tenue du 27 mars au 2 avril 2017. A cette rencontre inter maliens, le CSDM, par la voie de son président, M. Chérif Mohamed Haïdara, a fait une contribution qui a été appréciée par les participants, avec à la clé une lettre de remerciement du Médiateur de la République. Dans la recherche des voies et moyens intégrant les Maliens de la Diaspora dans le développement socioéconomique du pays, le CSDM a participé au salon régional de l’intermédiation en septembre 2017. Egalement, des campagnes d’information et de sensibilisation ont été faites à l’endroit des populations sur les difficultés et les risques liés à l’immigration clandestine. Le CSDM a adhéré au Conseil national de la société civile et a été élu lors de sa dernière assemblée générale comme premier secrétaire chargé de la diaspora et de la migration. C’est fort de ces acquis que le CSDM est aujourd’hui installé dans une quarantaine de pays à travers le monde. Comme pour dire qu’aux Ames bien nés, la valeur n’attend point le nombre des années. Dieudonné Tembely Source : aBamako aBamako

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here