Association des mansaren du monde : Le ton est donné à Bamako

La grande famille royale du Mandé, composée des Kéita, Konaté et leurs alliés, s’est reconstituée au sein d’un bloc, appelé Mansarenna. Cette fratrie, Mansarena, a officiellement lancé ses activités le samedi 24 mars 2018, au palais des sports Salamata Maïga. C’était à la faveur d’une cérémonie grandiose, ayant regroupé les porteurs du patronyme Konaté, Kéita et leurs alliés. aàà4aA22MP9Venue du Mali comme de la Guinée, une foule de Mansaren a pris d’assaut les gradins du palais des sports de Bamako, pour être témoins de l’imposante activité organisé par les Mansarens. Folklore mandingue, démonstration de savoir-faire mansaren et témoignages des maitres de la parole sur la pertinence de refonder la grande famille régnante du Mandé, la journée du samedi n’a pas manqué de piment pour rappeler les princes du Mandé à un retour rapide à la source, afin de contribuer à rebâtir une nation malienne, voire africaine, en déliquescence. Plusieurs interventions ont marqué la cérémonie de lancement. Nous en retenons les deux plus poignantes. Il s’agit du discours du président de Mansarenna, le docteur Etienne Pascal Kéita et celui du Pr Mohamed V Kéita, chef de l’imposante délégation venue de la Guinée Conakry. Etienne Pascal Kéita a commencé son discours par un bref rappel de l’histoire en disant : « Dans l’histoire de chaque peuple, il est des moments où chaque fils se sent fier d’appartenir à une famille, à une communauté et porte avec fierté son patronyme. C’est le cas aujourd’hui avec vous, avec nous, tous réunis ici, une première à notre connaissance pour les Mansarens, de se retrouver autour de la refondation de leur famille, afin de redorer sa noblesse d’antan ». Il poursuit : « Je voudrais cependant souligner que les Mandékas se sont toujours caractérisés par des valeurs distinctives comme l’honneur, la dignité, le travail, l’intégrité, le respect de soi de l’autre et surtout de la vie humaine ». Pour finir, le président Etienne a rappelé les soubassements de l’association Mansarenna. Il s’agit, entre autres, d’amener toute la lignée MANSAREEN, à prendre conscience de son image, de son devoir d’exemple, de vertu ; se donner la main pour éduquer et former, afin que notre humanité triomphe sur les dérives issues d’autres cieux ; laisser aux jeunes générations des repères certains pour s’estimer et se reconstruire en Africains. Quant au chef de la délégation guinéenne, le Pr Mohamed V, il a insisté sur le rassemblement des quatre familles Mansaren. Il dit : « Rassembler ces familles autour d’un idéal commun de fraternité pour le développement endogène de nos pays, nous semble être un impératif primordial et catégoriel… ». Le professeur Mohamed V a aussi profité pour ouvrir une fenêtre sur les vertus d’un Mansaren. Nous citons : « C’est donc un devoir de mémoire que de chercher à remettre à l’honneur les valeurs qui leur étaient chères : Honneur, Dignité, Travail, Solidarité ». « Je ne saurai terminer mon intervention sans attirer votre Auguste attention sur la ferme volonté de Mansarénna de Guinée et son désir ardent de voir se réaliser la prochaine rencontre dans notre Capitale Fédérale NIANI où il serait également souhaitable de construire un Mausolée à la mémoire de nos illustres devanciers pour davantage les immortaliser aux yeux des générations montantes ». C’est en termes que le professeur Mohamed V a conclu son intervention, fortement éloquente et illustratrice de l’engagement de la Guinée dans ce processus de rassemblement. A noter que le lancement de Mansarenna s’est poursuivi dans la nuit, par une soirée culturelle, animée par des sommités de la culture mandingue au nombre desquelles les chroniqueurs Adama Diabaté, Aly Diabaté, Bourama Soumano et Ousmane Kouyaté. Mariatou Coulibaly, Stagiaire Source : aBamako aBamako

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here