” Le Mali souffre du manque de dirigeants intègres et de leaders patriotes ” Yeah dixit

Dans la perspective des prochaines joutes électorales, le candidat investi du Parti pour l’action civique et patriotique (Pacp), Niankoro Yeah Samaké, était en tournée la semaine passée dans la région de Sikasso. Des rencontres de prise de contact ont été tenues avec les sections de plusieurs cercles de la région. Ladite tournée a été couronnée par une conférence des sous-sections de la capitale du Kénédougou animée par le candidat du parti. C’était le lundi 26 mars, dans la salle Massadaoula de l’Hôtel Cinquantenaire de Sikasso. Après les mots de bienvenue du secrétaire général de la section Pacp de Sikasso, le président de la Coordination régionale de Sikasso, Adama Sangaré, a fait l’état des lieux du parti dans la région. Selon lui, la coordination de Sikasso compte 27 comités, dont 17 comités composés uniquement de femmes et 10 comités mixtes. S’y ajoutent cinq sous-sections et trois sections. Quant à la section de Koutiala, elle compte six comités actifs. Par ailleurs, il dira que dans le cadre de l’implantation du parti, les responsables du parti ont mené différentes activités, notamment la délivrance de six récépissés pour certaines associations qui se sont transformées par la suite en comités Pacp. Aussi, dit-il, la coordination a entrepris plusieurs démarches ayant permis de redynamiser le parti dans les cercles de Koutiala, Yanfolila, Bougouni, Kadiolo, Yorosso ainsi que dans la commune urbaine de Sikasso. “Le cas de Sékou Samaké de Koutiala en est une parfaite illustration car il a démissionné de son parti pour rejoindre la grande famille Pacp. Aussi, le soutien de la Coordination à Diakaridia Koné dit Benogo, président de la section Pacp de Kadiolo, a été bénéfique parce qu’il a permis de regagner la confiance de la population“, s’est-il réjoui. Poser des actions concrètes à impacts visibles pour renforcer les acquis du parti à Sikasso Et de préciser à l’assistance que toutes les activités de la coordination ont été recensées dans un document, dont une copie a été remise au candidat du Parti, Niankoro Yeah Samaké. Au chapitre des difficultés, afin d’aborder sereinement l’élection présidentielle de 2018, le président de la coordination Pacp de Sikasso a laissé entendre qu’à plusieurs reprises, les responsables du Parti, dans la capitale du Kénédougou, ont été confrontés à des problèmes de moyen de déplacement ainsi qu’au manque d’affiches imprimées du logo et de la photo du candidat Yeah Samaké. À le croire, conformément aux idéaux du Pacp et compte tenu du poids électoral du parti à Sikasso, des actions concrètes à impacts visibles doivent être posées afin de renforcer les acquis du Pacp dans la région. D’après lui, il s’agit notamment de la réalisation des forages pour renforcer l’accès de la population à l’eau potable, de la construction de centres multifonctionnels pour les femmes, de la mise à la disposition de la population d’outils de travail. Les hommages de Samba Maïga de l’Aprà Yeah Samaké Lui succédant au micro, le représentant de l’Alliance pour la République (Apr), Samba Maïga, a déclaré qu’au-delà des clivages politiques, le candidat du Pacp, Niankoro Yeah Samaké, est un bon exemple pour la jeunesse malienne. Selon lui, l’Apr se retrouve dans le slogan du Pacp, “Diriger, c’est servir”. Il s’est dit convaincu que les deux formations politiques mènent le même combat, celui du développement du Mali. “C’est un sentiment de fierté de réussir à l’étranger et décider de rentrer au bercail pour apporter sa pierre à la construction de l’édifice national. À ce titre, permettez-moi de vous transmettre les salutations les plus sincères du président de l’Apr, Oumar Ibrahima Touré “, a-t-il souligné. En mémoire aux victimes de la répression sanglante du 26 mars 1991, le président du parti, Dr Oumar Keïta, a rendu un vibrant hommage à toutes ces victimes. Selon lui, cette conférence est une occasion pour les cadres du parti de discuter des questions d’ordre national et de présenter le candidat investi à toutes les structures du Pacp. “Le Mali de demain commence par Sikasso car nul n’ignore l’importance de la région dans l’économie nationale. Le Pacp est très bien implanté dans la région de Sikasso. Cette forte implantation sera matérialisée par la victoire de la jeunesse et des femmes lors de la présidentielle de 2018”, a-t-il martelé. Il a saisi l’opportunité pour inviter les femmes à s’investir pour les questions d’autosuffisance alimentaire, de l’emploi des jeunes pour un Mali prospère. Et d’évoquer la nécessité pour le peuple malien d’apporter un changement dans la gouvernance à travers les prochaines élections pour le bonheur de tous les Maliens. “Le changement est une obligation pour le peuple malien car nous pouvons douter du patriotisme des dirigeants qui ont géré notre pays. Sinon, avec tous les atouts de Sikasso, il est inconcevable que la région souffre encore de certains maux”, a-t-il déclaré. ” Le Mali souffre du manque de dirigeants intègres et de leaders patriotes ” Yeah dixit Pour sa part, très satisfait de la mobilisation et de l’engouement de ses militants de Kénédougou, le candidat du Pacp, Yeah Samaké, a épinglé l’actuelle gouvernance en matière de politique d’accès aux services sociaux de base, notamment l’accès à l’eau potable, à l’électricité, à la santé… Et d’évoquer les raisons du choix de sa candidature lors de la prochaine présidentielle. Selon lui, cela s’explique par la volonté de sa formation politique d’instaurer la sécurité et la paix sur toute l’étendue du territoire national, parce que les personnes auxquelles les Maliens ont accordé leur confiance n’ont pas été à la hauteur des attentes. “Les régimes successifs se sont illustrés par leur incapacité dans la lutte contre l’insécurité, dans la création de l’emploi des jeunes, dans la politique d’accès à l’eau potable et aux matériels agricoles adéquats. Pour instaurer une nouvelle dynamique dans la gestion des affaires publiques, nous ne devons plus accepter de confier la gestion de notre pays à des inconnus car lors des campagnes électorales, tout le monde prétend être à la hauteur pour diriger le Mali”, a-t-il affirmé.Pour assurer l’autosuffisance alimentaire dans notre pays, le candidat du Pacp a proposé de mettre cinq tracteurs à la disposition de chacune des 703 communes du Mali. Et de poursuivre que cette politique permettra non seulement de faire du Mali une puissance agricole, mais aussi d’exporter le surplus de la production vers d’autres pays. “J’ai tenté l’expérience dans certaines localités de Ouéléssébougou. Aujourd’hui, celles-ci ont constaté un véritable changement en matière de développement agricole. Elles sont parvenues à créer des surplus sur la production habituelle”, a-t-il laissé entendre. De sa lecture, le Mali souffre du manque de dirigeants intègres et de leaders patriotes parce que nos dirigeants ont fait exprès de maintenir nos populations dans la misère et la pauvreté. “La pauvreté au Mali est une volonté de nos dirigeants. Si le Mali est bien géré, il peut inspirer les autres pays“, a-t-il conclu. Boubacar PAÏTAO, envoyé spécial 31 Source : aBamako aBamako

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here