Lutte contre la corruption dans l’administration publique malienne: La 3e édition de Integrity Idol Mali lancée

Dans sa détermination à lutter contre la corruption, le projet Integrity Idol Mali (Identification et célébration des fonctionnaires honnêtes et intègre de l’administration publique malienne), a procédé au lancement de l’édition 2018 d’Integrity Idol Mali, le 18 avril 2018, au Mémorial Modibo Kéita. C’était par le Directeur pays d’Accountabilitylab Mali, Moussa Kondo, avec à ses côtés le premier secrétaire de l’Ambassade des Pays Bas au Mali, Dr Roelof H. Haveman (partenaire du projet), et Mme Maiga Fatoumata Maiga (2ème de l’édition 2016). Nous sommes partis du constat, dit Moussa Kondo, qu’un manque d’intégrité est au cœur de la corruption, de l’inégalité et de l’insécurité. Ce fléau, ajoute Kondo, reste un défi principal du Mali et qui a provoqué le renversement du régime en 2012 et menace la démocratie aujourd’hui. Le classement du constamment parmi les pays les plus corrompus du monde par transparency International et la Banque Mondiale, est l’illustration parfaite. D’où l’idée pour nous faire changer les mentalités. Comment, dit Moussa Kondo. «En se donnant comme but de faire la promotion de l’intégrité dans l’administration publique. C’est un combat difficile, long. Mais le gagner, ça passe par tous. Il faut simplement que les gens comprennent leur responsabilité individuelle dans le respect et la bonne gestion de la chose publique. En sommes, je voudrais dire à tous, d’être intentionnel envers l’honnêteté et l’intégrité», a déclare le Directeur pays d’Accountabilitylab Mali, Moussa Kondo. En trois ans d’existence, dit Kondo, le projet a eu un impact positif au niveau des populations. «On sent un engouement de leur part surtout les jeunes. En croissance du nombre de nominations, il y a eu 2450 en 2016 contre 3011 en 2017. En nombre de volontaires mobilisés, il y a eu 330 en 2016 contre 557 en 2017. Le nombre de régions est passé de cinq à 7 durant les deux premières éditions. Les personnes atteintes sur les réseaux sociaux est passé de 15760 en 2016 à 31195 en 2017. L’estimation de personnes atteintes par la campagne a été 3500000 en 2016 contre 5200000 en 2017. Les Tv et radios qui étaient de 6 ont passé à 10 en 2017. Plus de 1000 jeunes ont été mobilisés», explique Kondo. Pour l’édition 2018, ajoute Moussa Kondo, il y aura des innovations dont le choix cette année de cinq meilleurs juges du pays pour servir d’exemple, en plus des cinq lauréats qui seront choisis. «On tient car on a envie de faire bouger les lignes», conclu Kondo à la presse. Les Pays Bas soutiennent le projet, a fait savoir le Dr Roelof H. Haveman, pour deux raisons : « La première raison est que l’intégrité est déterminant dans le développement d’un pays. Sans l’honnêteté, l’intégrité cela ne pourra se faire. Il faut que les citoyens aussi sachent qu’ils peuvent faire beaucoup de choses pour contribuer au développement de leur pays. Ce qui est le cas ici. Le projet fait donc une bonne chose pour le pays», a-t-il déclaré. Hadama B. Fofana Source : aBamako aBamako

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here