Election présidentielle de 2018 : Les contours de l’alternance se dessinent

Jeudi 19 avril, des leaders politiques et associatifs se sont joint à des leaders d’opinion pour échanger sur la stratégie à mettre en place afin d’apporter l’alternance en 2018. Cet espace d’échange a eu lieu à la Pyramide des souvenirs de Bamako. « Nous sommes réunis pour nous mettre d’accord sur les contours de la coalition à mettre en place », a expliqué Tiébilé Dramé, un des leaders politiques invités. « Pour qu’il y ait un changement, il faut qu’il y ait des élections non bâclées. Et non devons nous battre pour qu’il ait de bonnes élections à la date indiquée », a poursuivi Tiébilé Dramé. Aux côtés de Dramé, il y avait d’autres figures remarquables de la scène politique. On peut citer Kalfa Sanoogo de la Coalition Kalifa 2018, l’ingénieur Soumana Tangara de la CNAS Faso Hèrè, un représentant du CDR, un représentant de l’URD, un représentant de Moussa Sinko Coulibaly et un représentant de l’ADPR ainsi que de nombreux leaders d’association et d’opinion. Etienne Fakaba Sissoko, initiateur de l’espace, n’était pas à son premier essaie de construire cette coalition qui doit être la locomotive de l’alternance. « La semaine dernière, nous avons eu une rencontre pour le thème de l’alternance. Nous nous sommes mis d’accord qu’il faut une alternance pour que le président IBK ne soit pas réélu. Il y a un projet de manifeste sur lequel les invités doivent se prononcer. Il faudra aussi penser à l’implantation de l’espace sur l’ensemble du territoire national », a affirmé Etienne Fakaba Sissoko. Les représentants de tout ce monde doivent se rencontrer le mardi 24 avril pour une réunion restreinte afin de peaufiner la stratégie à mettre en place. Ils travailleront sur le draft d’un manifeste qui fait l’état des lieux de la situation de la nation. Selon Ibrahim Kébé, un des leaders d’opinion, il s’agit également de convenir d’une date et du lieu pour un grand rassemblement afin de porter à la connaissance du monde le projet d’alternance. Le manifeste en projet épingle la gouvernance actuelle, déplore la persistance de l’insécurité et dénonce un certain immobilisme. «L’alternance est une garantie de survie », souligne le draft du manifeste qui pourrait ne pas connaitre beaucoup de modifications. En somme, tous les acteurs politiques présents sont d’accord pour soutenir un seul candidat à la présidentielle de 2018, même si le nom du candidat n’est pas encore connu. En tout cas, Kalfa Sanogo a déclaré qu’il soutiendra le candidat de la grande coalition qui est en train de prendre corps. Pour lui, ce qui est facile est de travailler à mettre d’accord sur le principe d’un soutien au second tour. « Il le faut pour qu’il y ait un changement radical de la gouvernance ; notre pays a besoin d’un peu plus de rigueur, d’un peu plus d’honneur. Quel que soit le candidat qui va venir en tête parmi nous, on va le soutenir », a commenté Kalfa Sanogo. Soumaila T. Diarra Source : aBamako aBamako

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here