Nomadisme politique quand tu nous tiens : L’unique député des Fare/An ka wuli déménage avec armes et bagages à l’URD

A quelques semaines des élections générales de 2018, l’unique occupant du siège du parti de Modibo Sidibé à l’Assemblée nationale, l’honorable Bakary Woyo Doumbia, vient de virer à l’URD de Soumaïla Cissé, chef de file de l’opposition. Il s’agit là d’une véritable saignée politique pour le parti Fare/An ka wuli. C’est le sixième et dernier député à rendre démission au profit des autres formations politiques adverses. Donc, ce fut une véritable déception pour l’ex-PM Modibo Sidibé et les militants des Fare. Et c’est là une autre preuve des insuffisances de la Constitution malienne en vigueur. Car, autrement, même en cas de départ dû à un empêchement définitif d’un élu d’un parti politique la chaise qu’il occupait à l’Hémicycle devrait revenir au suppléant. D’où le phénomène de nomadisme politique qui fait table rase dans bien des états-majors de la classe politique malien. Naturellement, plus la tenue des scrutins présidentiel, législatifs, régionaux et partiels approche au Mali plus les stratégies se multiplient. Des stratégies sur fond de débauchage des élus et cadres, d’achat de consciences, etc. En effet, avec l’approche des échéances électorales du 29 juillet 2018, l’heure est à la conquête du terrain pour tous les partis politiques afin de renforcer les bases électorales à l’échelle nationale. Dans cette perspective, le parti de Modibo Sidibé, comme en 2014, vient d’enregistrer la défection de son dernier député à l’Assemblée nationale. L’honorable a atterrit à l’URD en compagnie d’un nombre important de camarades démissionnaires des Fare et d’autres formations politiques et associations à but politique. Pour la petite histoire, l’on se souviendra qu’en 2014, ce sont cinq députés, à savoir les honorables Alassane Tangara, élu à Bla, Abdoulaye Fofana, élu à Ségou, Guédiouma Sangaré, élu à Sikasso, Daouda Coulibaly, élu à Dioïla, Dr. Abdoulaye Dembélé, élu à Tominian, et l’ancien 1er vice-président, Zoumana Mory Coulibaly qui avaient fait défection au profit du camp de la majorité présidentielle. A l’époque, l’honorable Bakary Woyo Doumbia, qui avait fait preuve de loyauté à l’endroit de Modibo Sidibé et de son parti, n’avait pas mâché les mots à l’endroit de ceux qui étaient partis. A leur tour, les militants et sympathisants des Fare ont condamné fermement ce nomadisme politique des élus du parti. Entre les deux tours des dernières élections, un autre responsable des Fare avait a refusé de suivre les consignes du directoire du parti. Modibo Sidibé avait donné des consignes lors d’un vote, mais c’est le contraire qui se produisit. Et le parti, à l’époque, n’avait pas voulu passer les auteurs de cette lourde faute devant le conseil de discipline pour faire appliquer les sanctions prévues par les textes statutaires et règlementaires du parti. Mais, cette fois-ci, les cadres et les militants des Fare ont exigé de mettre fin à l’impunité et au laxisme dans la gestion des affaires décisives de leur formation. Ils ont été très touchés par cette trahison pour des intérêts personnels. Il était même question de mettre en place des garde-fous au sortir du 1er congrès du parti, en avril 2014. Mais, puisque dans la Constitution nationale en vigueur aucun dispositif n’y est prévu, voilà quatre ans après, c’est l’honorable Bakary Woyo Doumbia qui imite ses anciens camarades députés du parti Fare. Il pose ses valises à l’URD de l’honorable Soumaïla Cissé, emmenant avec lui au moins 8 conseillers communaux dont 4 de l’Adéma, 3 des Fare et un du parti Barika plus des cadres et militants des Fare. Le député élu dans la circonscription de Bougouni déclare que l’URD est le meilleur parti. "Soumaïla Cissé est l’homme qu’il faut aujourd’hui pour le Mali avec un carnet d’adresses important et sa parfaite connaissance dans la gestion du Mali mais aussi les 8 pays de l’Uémoa", a-t-il estimé. Sans ambages, ce départ va beaucoup jouer sur la position de Modibo Sidibé, candidat malheureux à la présidentielle de 2013. De cinq élus sur sacrifices propres du directoire et des militants du parti, aujourd’hui les Fare ne disposent d’aucun député à l’Hémicycle de Bagadadji. Ce même jouera sur les chances ou les performances de ce parti lors des différentes échéances électorales en vue. Amaye Maki Source : aBamako aBamako

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here