Observatoire : En HAUSSE Soumeylou B. Maïga

5
Le premier ministre est entré rapidement dans la fonction, lui qui est un habitué de l’action gouvernementale. Il doit présenter devant les députés sa Déclaration de politique générale, mais déjà il a séduit la Majorité présidentielle qui vient d’avoir le Premier ministre qu’elle souhaitait, notamment un Premier ministre à la fois administrateur public et homme politique averti. En tout cas, Soumeylou Boubèye Maïga, qui est actuellement sur tous les fronts, doit nous mettre au parfum du secret de son dynamisme permanent car même après le périple fastidieux au nord et au centre du pays, il ne s’est aménagé un seul jour de repos. Pour le moment, en tout cas, le Premier ministre assure et rassure, surtout quant à l’organisation des élections de l’élection présidentielle qui se tiendra à bonne date, le 29 juillet a-t-il précisé et dans les règles de l’art. Promesse du Premier ministre ! Pour cela, en plus de son courage politique, nous lui décernons notre coup de chapeau de la semaine. Daouda Traoré dit David Daouda Traoré Le jeune secrétaire général du Syndicat des télécommunications mérite bien notre deuxième coup de chapeau de la semaine, pour avoir prouvé sa représentativité au sein de son entreprise, la Sotelma-Malitel, où il a remporté l’élection pour désigner le représentant du personnel au sein du Conseil d’administration. Il a quasiment écrasé ses adversaires en obtenant 545 voix contre 24 et 13, respectivement pour ses deux adversaires. Malgré les pressions et manœuvres de la Direction générale de la Sotelma pour le faire lâcher prise, il continue de dénoncer la mauvaise gestion et les pratiques néfastes au développement de l’entreprise. Raison pour laquelle, il bénéficie du soutien du personnel prêt à aller en grève pour exiger qu’il siège au Conseil d’administration. EN BAISSE Dr Abdourahmane Sylla Le ministre des Maliens de l’Extérieur a annoncé le rappel par Bamako de son ambassadeur à Alger à cause des mauvais traitements infligés à nos compatriotes. Une façon pour lui de montrer qu’il bouge enfin, depuis longtemps que dure cette affaire. Abdrahamane Sylla Abdrahamane Sylla,ministre des Maliens de l’extérieur Le Csdm, l’autre organisation des Maliens de l’Extérieur qui se fait beaucoup entendre n’a cessé de l’interpeller sur ce qui se passe en Algérie où les Maliens sont abandonnés dans le désert, enfermés dans des conteneurs, comme on le ferait d’un pain dans un four. Sauf que le rappel de l’ambassadeur est du ressort du ministre des Affaires étrangères. Ainsi donc, Abdourahmane Sylla, décrié par la diaspora, ne peut pas redorer son blason par le simple rappel d’un ambassadeur. On lui demande des actes concrets et c’est là où il montre beaucoup de carences car les Maliens de l’extérieur ne soufrent pas seulement en Algérie, qui a surement franchi le Rubicon de la barbarie, mais même en Afrique centrale, où les Maliens de l’Extérieur se sentent abandonnés à eux- Sécurité et Protection Civile Salif Traoré mêmes, se demandant s’il y a encore un ministère à eux dédié. Général Salif Traoré Lors d’une interview qu’il nous avait accordée, de façon péremptoire le Général Salif Traoré, ministre de la Sécurité et de la Protection civile, feignait d’ignorer les doléances des policiers qui s’étaient exprimé la veille de l’interview et promettaient de marcher sur le ministère de la Sécurité et de la protection civile. Mais voilà que les policiers remettent cela à travers quatre syndicats de police (Spn-Untm, Spn-Cstm, Synapol et Sap) qui, pour défendre 8 points de revendication, menacent encore de manifester. Le général Salif Traoré qui a réfuté l’existence de pareils problèmes au sein de son département, dans le cadre de cet entretien qu’il nous avait accordé, doit savoir que les maux ne se soulagent pas par des mots. Par conséquent, il doit prendre ses responsabilités et faire face à cette fronde. Il est aberrant que des revendications portant sur des aspects du statut des policiers soient encore exhibées, après toute la littérature produite comme communication autour du nouveau statut de ce corps, voté à l’Assemblée nationale. A SUIVRE Dramane Dembélé Dramane Dembélé Dramane Dembélé Les derniers jours, Dramane Dembélé a fait une sortie inattendue pour conditionner sa participation à la présidentielle de juillet prochain à la non-participation du Pr Dioncounda Traoré qu’il ne pourrait affronter. Mais puisque la candidature de de l’ancien président de la République sous la Transition suite au coup d’état de la bande à Sanogo relève beaucoup plus de la diversion au sein de l’Adema que de la réalité, attendons de voir ce qui va se passer les prochains jours pour juger de l’attitude de Dramane Dembélé. En tout cas, avec ce retrait éventuel annoncé par Dramane Dembélé, qui a pourtant répondu à l’espoir de milliers de jeunes qui ont sollicité sa candidature, voilà un bon exemple illustrant ce que disent les mauvaises langues : la candidature de Dioncounda a été agitée pour barrer la route à beaucoup d’autres postulants au sein de l’Adema-Pasj et qu’il se retirerait après la date limite de dépôt des candidatures à la Cour constitutionnelle, son état de santé ne lui permettant pas de tenir désormais d’intenses activités politiques. Et si c’était le cas, que dirait Dramane Dembélé après être tombé dans ce piège ? A suivre alors. Jeamille Bittar Perdu de vue durant presque tout le mandat du président IBK, et pour cause, Jeamille Bittar est en train de rebondir. D’abord par la création d’un parti politique dénommé MC-ATT, ensuite en réussissant à engager ses amis politiques dans la création d’un regroupement appelé le Nouveau pôle du consensus et composé d’une dizaine de partis politiques. Jeanmille Bittar Jeanmille Bittar C’est en principe demain samedi, 21 avril, que seront lancées officiellement, dans les locaux de la Maison des Ainées, les activités de ce regroupement. A l’occasion, la Charte du regroupement politique sera présentée a-t-on appris. Les objectifs du nouveau Pôle Politique du Consensus(PPC) vient à renforcer la citoyenneté, le travail, l’alternance et la transparence ; instaurer un esprit de culture du pardon de la paix et de réconciliation nationale ; soutenir toute action de nature à préserver l’unité nationale et l’intégrité territoriale du Mali et œuvrer à la bonne tenue de consultations électorales régulières libres, crédibles et transparentes, selon nos sources. C’est donc une belle initiative à suivre. La Rédaction Source : aBamako aBamako

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here