Sous l’effet de la drogue : Lassana Conté a rendu l’âme devant l’hôtel Massassi à Faladié, après avoir agressé un agent de sécurité

3
Il ne s’agit pas de l’ancien président de la République de Guinée Conakry, encore moins de son homonyme. Mais ce jeune Guinéen, réparateur de motos de son état, porte quand même le nom de Lassana Conté. Le hic est qu’il fréquente généralement les bars, les maisons closes et même certains soi-disant hôtels de Bamako. Il est aussi connu comme un jeune drogué. Ce jour-là, Lassana Conté, qui est très fréquent à l’hôtel Massassi, situé derrière la cour de la Direction générale de la Douane à Faladié, était sous l’effet de la drogue. Raison pour laquelle, pour rien du tout, il est venu agresser l’agent de sécurité du nom de Bréhima Sanogo, devant le parking des motos. Détenant dans ses mains des fils de fer, il a asséné des coups à Bréhima, avant de prendre la tangente. Du coup, s’est engagé une course-poursuite jusqu’à la chute de Lassana Conté. Finalement, l’agent de sécurité n’a pas voulu le frapper, après l’intervention de citoyens, parce que le jeune Guinéen était trop fatigué par l’effet de la drogue. Après avoir passé plusieurs minutes par terre sans pour autant faire signe de vie, les responsables de l’hôtel étaient obligés de saisir la protection civile et les éléments du Commissariat du 13ème Arrondissement afin de venir le secourir. Mais c’était pour constater sa mort. En bon professionnel, le Commissaire du 13ème Arrondissement, Ibrahim Togola, a dépêché une équipe de la Brigade de Recherches accompagnée par un médecin de l’Acoyir. Arrivé sur place, le médecin a demandé à la protection civile de conduire Lassana Conté à l’hôpital du Mali où sa mort a été finalement constatée. Le hic est que son corps ne portait aucune trace de blessure. Mais comme il s’agit de mort d’homme, l’Agent de sécurité a été interpellé par le Commissariat du 13ème Arrondissement pour les besoins de l’enquête, avant de le mettre à la disposition de la justice. ABH Source : aBamako aBamako

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here