Certification à la marque nationale de conformité au normes : Les acteurs plaident pour l’operationnalisation

Le Centre du secteur privé abrite, depuis lundi, l’atelier national sur la certification à la marque nationale de conformité aux normes «MN». La cérémonie d’ouverture était présidée par Mme Ag Erless Oumou Coulibaly, conseiller technique au ministère du Développement industriel. C’était en présence du directeur général de l’Agence malienne de normalisation et de promotion de la qualité (AMANORM), Yaya Niafo, du chef d’équipe économie et gouvernance de la délégation de l’Union européenne (UE) au Mali, Julien Bouzon et nombre d’invités. L’atelier vise à accompagner l’AMANORM à l’opérationnalisation effective de son unité de certification des produits, à travers la marque nationale de conformité aux normes. Il s’agit de faire en sorte qu’elle commence à délivrer ladite marque. Il faut aussi souligner que la marque nationale de conformité aux normes a été enregistrée auprès de l’Organisation africaine de la propriété intellectuelle (OAPI), sous le numéro 95 600. Ainsi durant 5 jours, les participants échangeront sur les règlements techniques particuliers, les procédures de certification et la gestion de l’impartialité se rapportant sur le référentiel de la marque nationale de conformité aux normes. Pour Julien Bouzon, l’atelier qui s’inscrit dans le cadre d’une relation stratégique avec l’Afrique de l’Ouest, a une valeur toute particulière pour l’UE. Quant au directeur général de l’AMANORM, il a souligné que la normalisation tout comme la qualité sont aujourd’hui deux outils stratégiques indispensables à la prévention de la santé, à la protection de la vie des consommateurs et des intérêts collectifs. «Le développement de la culture de qualité doit être soutenu par le développement d’une infrastructure nationale de la qualité à travers la normalisation, la promotion de la qualité, l’évaluation de la conformité aux normes, la certification, l’accélération et la métrologie», explique-t-il. Dans son intervention, le conseiller technique du Développement industriel a fait savoir que l’implantation de l’infrastructure de la qualité demande encore beaucoup d’efforts dans la plupart des Etats membres de la CEDEAO. Mme Ag Erless Oumou Coulibaly soulignera qu’en vue de soutenir la mise en place d’une infrastructure de qualité efficace et efficiente, notre pays à l’instar des autres Etats de la CEDEAO, a adopté une Politique nationale de la qualité en conseil des ministres du 10 juin 2015. Par ailleurs, elle a noté que le système qualité de l’Afrique de l’Ouest (PSQAO) a prévu, pour la période 2017-2018, un appui financier pour les pays de la CEDEOA et la Mauritanie. Pour un début, le Programme système qualité de l’Afrique de l’ouest (PSQAO) dans notre pays se portera sur les activités pertinentes, notamment l’élaboration des règlements techniques particuliers pour les produits prioritaires tels que le ciment, le fer à béton et les huiles alimentaires. Le PSQAO sera aussi axé sur l’élaboration de procédures de certification relatives auxdits produits, la formation des membres des comités techniques particuliers de certification ainsi que celle des membres du comité de préservation de l’impartialité. Babba B. COULIBALY Source : aBamako aBamako

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here