Présidentielle-2018 : Une rébellion politique inévitable à l’Adéma/PASJ

Face au mutisme de Pr. Dioncounda Traoré autour de sa candidature, militants et cadres de l’Adéma/PASJ essaient de croire enfin à un complot du comité exécutif du parti visant à éviter toute candidature interne du parti et soutenir l’actuel président de la République, IBK, toute fois si ce dernier était candidat à sa propre succession. Dioncounda candidat ou pas, des militants du parti ont déjà pris la décision : l’Adéma/PASJ aura son candidat avec ou sans l’Adéma/PASJ, autrement dit, au-delà de la volonté du comité exécutif du parti. Une rébellion politique en vue. “Un large front de militants Adéma/PASJ désignera un candidat à l’interne même si nous serions à un mois des élections malgré le flou entretenu. Ça ne marchera pas !!!” La déclaration est signée “DD” ou Dramane Dembélé, celui qui avait défendu les couleurs du part à la présidentielle de 2013. Il l’a faite (la déclaration) en début de semaine sur sa page Facebook. Et pourtant l’homme était au départ un soutien très affiché à la candidature de Pr. Dioncounda Traoré même si c’est vrai qu’il avait osé l’affronter aux primaires. A la suite des primaires, Dioncounda Traoré reste encore le seul candidat retenu par le comité exécutif de l’Adéma/PASJ pour pouvoir défendre les couleurs du parti à la présidentielle de 2018. C’est le même comité exécutif du parti qui va très prochainement se prononcer sur la question à travers un vote secret dont les résultats vont statuer cette candidature de Dioncounda : le choisir ou ne pas le choisir, de toute façon le dernier mot revient au comité exécutif. L’inquiétude par-là c’est qu’à part quelques membres du comité exécutif à l’image de Dramane Dembélé, Mme Konté Fatoumata Doumbia, Moustaph Dicko, Boubacar Bah Bill…, beaucoup d’entre eux ne sont pas favorables à une candidature. Chose qui prouve que les chances de Dioncounda sont minimes au sortir du bulletin secret, surtout que ce dernier ne s’est pas encore manifesté officiellement sur la question. Et, disons-nous, c’est face à cette situation ambiguë que la déclaration de Dramane Dembélé a été faite, ce “flou entretenu” autour de la candidature de Pr. Dioncounda Traoré à la présidentielle, une situation qui divise et l’opinion publique et les militants du parti Adéma/PASJ. Le tout autour d’une guerre médiatique bien nourrie. De l’avis de ceux-là favorables à une candidature interne du parti à la présidentielle, Dioncounda est bel et bien candidat et il faudrait attendre la fin de ce mois d’avril pour qu’il se prononce officiellement sur la question. Et de l’autre côté, les non-partisans pour une candidature interne du parti, c’est tout le contraire : “Dioncounda n’est pas candidat”, clame-t-on avec des déclarations allant dans ce sens attribuée l’homme. Qu’à cela ne tienne ! Dioncounda Traoré a déjà signé son retour sur la scène politique après de 5 ans de retraite, un retour qui a dessous inavoués selon bon nombre d’observateurs avertis. Kalfa Sanogo aussi ! Si c’est maintenant que des militants de l’Adéma/PASJ doutent de la sincérité du comité exécutif dans sa démarche d’aller vers une candidature du parti, Kalfa Sanogo, maire de la Commune urbaine de Sikasso, a très tôt tiré les conclusions d’un tel jeu politique. Chose qui l’avait poussé à l’époque à se retirer de la course pour les primaires du parti. Aujourd’hui Kalfa Sanogo a décidé de partir en solo sous les couleurs d’un mouvement appelé “Kalfa-2018”. Djibi Samaké Source : aBamako aBamako

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here