Droits et bien-être de l’enfant : Le Comité africain d’experts évalue le chemin parcouru

Pendant 12 jours, ces experts vont faire l’état de lieu et la situation des droits et le bien-être de l’enfant dans les Etats membres de l’Union africaine Le ministre des Droits de l’Homme, Me Sangaré Coulibaly Kadiatou, a, au nom du Président de la République, présidé le lundi 23 avril dernier à l’hôtel Radisson Blu de Bamako, l’ouverture des travaux de la 31ème session du Comité africain d’experts pour les droits et le bien-être de l’enfant. C’était en présence du président du Comité africain d’experts, Mme Goitseone Nakie Nkewe et le représentant spécial de la Misahel au Mali, Pierre Bouyoya. Durant 12 jours, c’est du 23 avril au 4 mai 2018, que dureront les travaux, les membres du Comité africain d’experts vont passer en revue la situation de la protection des enfants dans les Etats membres de l’Union africaine. D’entre de jeu, la ministre des Droits de l’Homme, a rappelé que le président de la République SEM IBK, qui honore cette cérémonie d’ouverture de son patronage sait combien la protection des droits de l’enfant est une responsabilité partagée. Elle a, par ailleurs, déclaré que l’adoption de la Charte africaine des enfants et son adhésion massive par les Etats ont changé radicalement la vision des Etats et des organes continentaux sur la problématique des droits de l’enfant. Mais, selon elle, la réalisation des droits de nos enfants va également au-delà de la sphère des droits de l’enfant et des affaires sociales. Elle adresse les questions existentielles de la fonction gouvernementale sur la bonne gouvernance et la recevabilité. Mme le ministre, a signalé que compte tenu de la réalité actuelle où un nombre considérable d’enfant sont privés de leurs droits, il est important que les institutions et les mécanismes renforcent leurs capacités et augmentent leur coopération pour servir tous les enfants, en particulier les groupes les plus vulnérables et marginalisés, surtout ceux victime de conflits armés. Elle a saisi l’occasion pour exhorter ses frères africains à continuer à renforcer leurs actions en faveur des enfants, afin qu’ils aient l’attention qu’ils méritent dans nos efforts de développement national. En outre, le ministre des Droits de l’Hommes a demandé aux membres du Comité africain d’experts de veiller à ce que les enfants ne soient pas oubliés et que des mesures appropriées soient prises pour endiguer les obstacles qui affectent la mise en œuvre effective de leurs droits fondamentaux. Elle a enfin, souhaité que le Comité africain d’experts sur les droits et le bien-être de l’enfant exerce un contrôle plus instructif sur la mise en œuvre de la charte dont la reconnaissance quasi universelle en tant que premier instrument juridique et normatif conforte le continent dans sa quête permanente du bien-être de l’enfant. AMT Source : aBamako aBamako

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here