Le marché des denrées alimentaire à la veille du mois de ramadan: la flammée vertigineuse des denrées de premières nécessite.

À cette approche du mois de ramadan, le marché des denrées alimentaires connait d’importants changements. Les céréales sont en premier lieu les aliments quotidiennement consommé pendant ce mois béni des musulmans. Au regard des observations faites dans certains marchés, le constat est pour l’instant inquiétant. Selon certains consommateurs, le mois de carême prochain risquerait de démarrer avec des difficultés liées à la cherté des prix. Par exemple, le sac de riz “Gambiaka” de 50 kg est passé de 17500 FCFA à 20000 FCFA. Reste à savoir si le prix ne va pas flamber d’ici le mois de ramadan. Quant au petit mil, le prix a un peu augmenté ces derniers jours. Seul le maïs est vendu à son ancien prix 250f le kg. Les tubercules comme la pomme de terre a aussi connu une hausse et passe de 250f le kg à 350f ; l’igname, consommé et apprécié par bon nombre de maliens est également cher mais reste à la portée de quelques modestes consommateurs. Par ailleurs, pour certains boutiquiers et consommateurs de la place, le prix du sucre varie approximativement entre 450 FCFA et 500 FCFA selon les zones et boutiques. Quant au prix du sac 50kg varie entre 22000 FCFA et 22500 FCFA. Partant de ces remarques, le constat est amer qu’a veille de chaque mois de carême, il y a une flambé vertigineuse des prix des denrées alimentaires. Comme on a l’habitude de le dire au Mali, le mois de carême doit être un mois au cours duquel toutes les denrées alimentaires doivent être vendues au rabais, mais malheureusement c’est le contraire. Au gouvernement de s’assumer afin de fixer des prix abordables pour le bien-être des musulmans. Aminata SOUFOUNTERA Source : L’ŒIL DU PAON

Commentaires via Facebook :

Source : Maliweb Maliweb

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here