Quatre ans après la vague des hausses salariales de 2014 : Malaise social sur fond d’érosion du pouvoir d’achat

18
Depuis le début de l’année en cours, les mouvements de protestation se multiplient dans plusieurs secteurs, essentiellement l’éducation et la santé. Cette contestation est menée par une classe moyenne de plus en plus confrontée à l’érosion du pouvoir d’achat avec la flambée des prix et la vie chère. Certes, les revendications exprimées jusque-là par les enseignants et les blouses blanches ne sont pas d’ordre salarial mais elles ont un lien direct avec ce point. La dégradation des conditions socioprofessionnelles dans ces secteurs est en effet à chaque fois mise en avant par les protestataires. Et c’est le cas aussi pour les travailleurs d’autres secteurs, dont les représentants à travers les syndicats autonomes ne cessent de soulever le problème de la baisse du niveau de vie dans ce contexte de crise. Une baisse accentuée par le coût cher de la vie et la stagnation des rémunérations, puisque depuis la vague des revalorisations de 2014, les salaires n’ont pratiquement pas bougé dans de nombreux secteurs, principalement dans la Fonction publique, où le ras-le-bol est exprimé de part et d’autre. Les changements prévus dans le cadre de la loi portant code du travail ne sont pas pour rassurer les travailleurs. Pour de nombreux syndicalistes, l’urgence est à l’amélioration du pouvoir d’achat. Le SNEC nous le dira clairement en évoquant les motivations de la dernière grève : «Ce sont des revendications à caractère social. Nous n’avons pas d’autre voie pour sauvegarder les acquis avec un pouvoir d’achat anéanti par le coût cher de la vie ». Et de s’interroger : «Qu’a-t-on fait pour mériter cela, nous les fonctionnaires ? Nous sommes pourtant des producteurs indirects ». Notant que les syndicats sont conscients des enjeux de l’heure, il poursuivra : «C’est bien beau de gérer l’embellie, mais faudrait-il aussi savoir gérer la crise. Et là, la véritable question est de s’attaquer à la gestion des deniers publics et des finances sectorielles, mais aussi de revoir la politique salariale et fiscale ». Un avis que partage le Syndicat national de la santé, pour qui le problème ne réside pas uniquement dans la revalorisation du salaire mais dans le niveau de vie et le statut social. «Pour ces points, le gouvernement a montré ses limites dans la lutte contre la spéculation, source de l’inflation. Nous nous retrouvons donc aujourd’hui avec des salaires amoindris », regrettera-t-il, proposant dans le même sillage la mise en place d’un observatoire pour la protection du pouvoir d’achat et mettant en garde par ailleurs contre les conséquences attendues du projet du code du travail. Défaut d’anticipation Le constat du SNEC va dans le même sens. Pour lui, la problématique réside dans l’érosion du pouvoir d’achat, résultat selon lui de l’absence d’une politique salariale planifiée. «Les pouvoirs publics n’anticipent pas. Ils règlent les problèmes avec des solutions conjoncturelles en courant derrière la paix sociale. D’où l’amoncellement de toutes ces difficultés et cette colère sociale ». L’UNTM appelle aussi à assurer l’équilibre du pouvoir d’achat. Même son de cloche chez la CSTM. «Nos salaires n’ont pas de valeur», fera remarquer amèrement, Amion Guindo, premier responsable de ce syndicat, tout en mettant l’accent sur la gravité de la situation. Il tiendra à rappeler que l’effervescence ne s’est pas arrêtée ces dernières années sauf qu’aujourd’hui, on assiste à des mouvements corporatistes avec le malaise dans la santé et l’éducation. Une situation que lie M. Guindo aux défaillances en matière de gouvernance politique et économique. Mais aussi aux dysfonctionnements dans l’administration, comme l’illustre la gestion au niveau des différentes directions de l’éducation pour ne citer que cet exemple, à l’origine de la grève déclenchée dans le secteur de l’éducation, avant de toucher tout le pays et de perdurer, au détriment de tout un secteur et de toute l’économie, même s’il semble pour l’heure difficile de mesurer l’impact de tous ces mouvements, comme nous le précise un économiste. Cyrille Coulibaly Source : aBamako aBamako

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here