Dernière sortie de Tiébilé Dramé : La réplique est faite par un document dénommé »Dramé et France-Africa-Gate »

4
C’est à peine que Tiébilé Dramé, le Président du Parti pour la renaissance nationale (PARENA), ait dévoilé selon lui, « le dossier le plus scandaleux » du mandat IBK d’une mine grave, le 25 avril dernier devant un parterre de journalistes, que Wikileaks a rendu un document confidentiel le compromettant au sujet de sa gestion faite des ressources allouées à l’organisation du sommet Afrique-France en 2005. Comme pour faire taire l’opposant réputé dans les critiques acerbes du régime IBK, l’ONG de Julian Assange dont l’objectif est de publier des documents pour partie confidentiels ainsi que des analyses politiques et sociales à l’échelle mondiale, lui a révélé des dessous sombres. À quelques encablures de la Présidentielle du 29 juillet prochain, l’heure est aux campagnes médiatiques sur le paysage politique de notre pays. A une attaque succède une réplique parfois trop immédiate. C’est ainsi que lorsque le Président IBK réussissait sa tournée très médiatisée à Ségou, tournée d’ailleurs perçue par l’opposition comme une «campagne anticipée », Tiébilé Dramé jetait son dévolu sur le locataire de Koulouba au sujet des dépenses liées à l’achat de véhicules, d’aéronefs et à la formation de militaires maliens, réalisés dans le cadre de la loi d’orientation et de programmation militaire (LOPM) votée en 2015. Il a juste fallu deux jours pour le feu follet opposant soit rappelé à l’ordre avec la mise à nu de ses dessous qui ne l’honorent pas. Du berger à la bergère, Wikileaks, dans la peau de l’Avocat défenseur de Koulouba, s’est montré plus incisif que Tiébilé Dramé dans sa publication dont nous vous proposons ici l’intégralité. Résumé: Le 7 février, le Bureau des contrôles administratifs de la présidence (CASCA) a publié son Rapport annuel sur l’utilisation des fonds publics. Le Rapport de 178 pages révèle des irrégularités administratives et fiscales majeures à tous les niveaux du Gouvernement -des Ministères jusqu’aux fonctionnaires municipaux éloignés. La CASCA a référé 48 des 159 cas qu’elle a audités au Procureur de la République pour des poursuites judiciaires, y compris celle du candidat probable à la Présidence, Tiébilé Dramé. Le 13 février, Dramé et son parti pour le renouveau national (PARENA) ont appelé à la dissolution de la CASCA et l’ont accusée de faire avancer les vendettas politiques du Président Amadou Toumani Touré (ATT). La volonté du GOM d’enquêter et de divulguer les cas de corruption gouvernementale (que ce soit par le biais de la CASCA ou du Bureau du vérificateur général indépendant) est la bienvenue, mais aucun des précédents Rapports de la CASCA n’a produit de condamnations pour corruption. Rien n’indique que le Rapport de cette année sera pris plus au sérieux. Ceci est une petite consolation pour Dramé, cependant, car, les allégations de la CASCA vont probablement mener toute sa campagne présidentielle -un fait sans doute pas perdu sur ATT. Fin du résumé. Corruption, corruption, et plus de corruption (U) Le 7 février, le Bureau des contrôles administratifs (CASCA), qui relève du Bureau de la Présidence, a publié son Rapport annuel sur la corruption gouvernementale. ATT a créé la CASCA en 2003 pour enquêter sur les cas de corruption au sein du GM après qu’un rapport de la Banque Mondiale de 2001 a noté que la soi-disant «Lutte contre la corruption» du Mali n’avait pas encore produit d’enquêtes majeures sur la corruption. Bien que la CASCA ait commencé à publier des rapports en 2003, ses conclusions n’ont donné lieu à aucune condamnation pour corruption. Ce détail n’a cependant pas dissuadé la CASCA de sa mission de découvrir la fraude, le gaspillage et les abus du gouvernement. (U) Le Rapport 2005/2006 de la CASCA révèle des abus fiscaux dans 59 Bureaux différents qui ont reçu des fonds gouvernementaux. Le Rapport ne dit pas si la CASCA a enquêté sur des bureaux autres que ceux cités pour des irrégularités administratives. Les incidents majeurs comprenaient: -La Chambre Malienne de l’Industrie et du commerce (CCIM). La CASCA a cité 34 irrégularités à la CCIM, dont 2 millions USD de paiements à des «bénéficiaires» non identifiés et plusieurs centaines de milliers de dollars de paiements, sans factures ni reçus écrits, à des entreprises, particuliers et propriétaires inconnus. La CASCA a transmis le dossier de la CCIM, qui est au milieu d’une bataille acharnée et interminable sur les élections bâclées pour la présidence de la CCIM (réf. A), au procureur général. -Le Ministère des Terres de l’État pour l’impossibilité de justifier près de 2 millions USD de frais de justice utilisés pour défendre le GOM contre un groupe non identifié de propriétaires d’hôtels, récupérer un cadeau non spécifié du Japon et défendre le gouvernement contre une affaire anonyme. -Le Ministère des Affaires Etrangères (AMF) pour 230.000 USD d’avances injustifiées et 120.000 USD de perdièms injustifiés pour le personnel de la MFA. -Le programme de réinsertion des anciens combattants touaregs (CAR-NORD). La CASCA a découvert que CAR-NORD ne récupérait que 12% des 2,6 millions USD dépensés en projets de micro finance pour 9088 ex-combattants entre 2001 et 2005. Le taux de remboursement des projets plus importants totalisant 2 millions USD était inférieur à 3%. En outre, les Responsables de CAR-NORD n’ont pas été en mesure de fournir des documents justifiant 400.000 USD dépensés en « réunions » et ont délivré environ 35 gallons de carburant par jour, de 2001 à 2005, à un véhicule appartenant au Président de la République. Commission d’insertion. – L’ambassade du Mali à Berlin pour l’impossibilité de comptabiliser plusieurs centaines de milliers de dollars de dépenses et de reçus manquants. La CASCA a renvoyé cette affaire à la Magistrature. – Le Ministère de l’Agriculture pour détournement des fonds destinés à lutter contre l’invasion de criquets en 2004. La CASCA a signalé que, dans un cas, le ministère de l’Agriculture avait payé 3,2 millions USD pour des pesticides mais n’avait reçu qu’une seule commande d’une valeur de 1,6 million USD. Cette affaire a été renvoyée à la magistrature. Drame et France-Africa-Gate (U) La section la plus politiquement explosive du rapport de la CASCA traitait avec l’ancien Ministre des Affaires Etrangères et probable candidat à la Présidence, Tiébilé Drame, du Sommet France-Afrique de 2005 à Bamako. Lorsque le Sommet s’est terminé en décembre 2005, le GOM, la France et d’autres partenaires internationaux ont salué les efforts de Drame comme un succès retentissant. Neuf mois plus tard, Drame s’est retrouvé face à des allégations d’utilisation abusive de fonds publics. Dramé et ses partisans ont fait valoir que les allégations ont été concoctées par ATT pour affaiblir un rival présidentiel potentiel. Pour étayer cette affirmation, Drame a produit deux rapports concurrents du GOM évaluant sa gestion du Sommet. Le premier rapport a loué ses efforts. Dans le deuxième rapport, les références positives à la gestion de Drame ont été remplacées par des accusations de fraude et d’actes répréhensibles (réf. B et C). (U) Bien que l’audit de la CASCA sur le Drame et le Sommet France-Afrique n’aient rien apporté de nouveau, il s’agissait de la première tentative officielle d’un bureau au sein de la Présidence de rejeter Drame comme corrompu. La CASCA accuse Drame d’avoir laissé dans son sillage environ 1,2 million USD de dépenses non autorisées, 700 000 USD de paiements injustifiés, plus de 4 millions USD de factures impayées et environ 70 000 USD de matériel de bureau manquant. Le 13 février, le PARENA a lancé une réfutation point par point très convaincante dans la défense de Drame, notant que d’autres entités au sein du GM étaient responsables des dépenses et des factures mentionnées par la CASCA. « Les pratiques de la CASCA », a déclaré un porte-parole du PARENA, « rappellent des souvenirs sinistres de la police politique et constituent une forme de chantage politique et d’humiliation ». Le PARENA a conclu sa déclaration par un appel à la dissolution de la CASCA et un soutien accru au bureau du vérificateur général indépendant. Katito WADADA : LE COMBAT Source : aBamako aBamako

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here